Règles de transfusion sanguine par groupe

Si une personne perd une grande quantité de sang, la constance du volume de l'environnement interne du corps est perturbée. Et donc, depuis l'Antiquité, en cas de perte de sang, en cas de maladie, les gens essayaient de transfuser le sang d'animaux ou d'une personne en bonne santé aux malades..

Dans les archives écrites des anciens Égyptiens, dans les œuvres du scientifique et philosophe grec Pythagore, dans les œuvres du poète grec Homère et du poète romain Ovide, des tentatives d'utilisation du sang pour le traitement sont décrites. Les patients ont reçu du sang d'animaux ou de personnes en bonne santé à boire. Naturellement, cela n'a pas abouti..

En 1667, en France, J. Denis a effectué la première transfusion sanguine intraveineuse chez l'homme dans l'histoire de l'humanité. Le jeune homme mourant sans effusion de sang a reçu une transfusion sanguine d'agneau. Bien que le sang étranger ait produit une réaction sévère, le patient en a souffert et s'est rétabli. Le succès a inspiré les médecins. Cependant, les tentatives ultérieures de transfusion sanguine ont échoué. Les proches des victimes ont poursuivi les médecins et la transfusion sanguine a été interdite par la loi.

À la fin du 18ème siècle. il a été prouvé que les échecs et les complications graves survenus lors de la transfusion de sang animal à l'homme s'expliquent par le fait que les érythrocytes de l'animal collent ensemble et sont détruits dans la circulation sanguine humaine. Dans ce cas, ils libèrent des substances qui agissent sur le corps humain comme des poisons. Ils ont commencé à essayer de transfuser du sang humain.

Figure: 10. Érythrocytes liés au microscope (en cercle)

La première transfusion sanguine interhumaine au monde a été réalisée en 1819 en Angleterre. En Russie, il a été produit pour la première fois en 1832 par le médecin de Pétersbourg Wolf. Le succès de cette transfusion a été brillant: la vie d'une femme mourante en raison d'une perte de sang importante a été sauvée. Et puis tout a continué comme avant: maintenant un succès brillant, maintenant une complication sérieuse jusqu'à la mort. Les complications étaient très similaires à l'effet observé après la transfusion de sang animal à l'homme. Cela signifie que dans certains cas, le sang d'une personne peut être étranger à une autre..

La réponse scientifique à cette question a été donnée presque simultanément par deux scientifiques - l'Autrichien Karl Landsteiner et le Tchèque Jan Jansky. Ils ont trouvé 4 groupes sanguins chez les personnes.

Landsteiner a attiré l'attention sur le fait que le sérum sanguin d'une personne collait parfois les érythrocytes d'une autre (Fig. 10). Ce phénomène s'appelle l'agglutination. La propriété des érythrocytes de coller ensemble lorsqu'ils sont exposés au plasma ou au sérum d'une autre personne est devenue la base de la division du sang de toutes les personnes en 4 groupes (tableau 4).

Tableau 4. Groupes sanguins

Pourquoi l'adhérence ou l'agglutination des érythrocytes se produit-elle??

Dans les érythrocytes, des substances de nature protéique ont été trouvées, appelées agglutinogènes (substances collées). Les gens en ont deux types. Ils étaient conventionnellement désignés par des lettres de l'alphabet latin - A et B.

Chez les personnes du groupe sanguin I, les érythrocytes ne contiennent pas d'agglutinogènes, le sang du groupe II contient de l'agglutinogène A, les érythrocytes du groupe III contiennent de l'agglutinogène B, le sang du groupe IV contient les agglutinogènes A et B.

En raison du fait que les érythrocytes du groupe sanguin I ne contiennent pas d'agglutinogènes, ce groupe est désigné par le groupe zéro (0). Le groupe II en raison de la présence d'agglutinogène A dans les érythrocytes est désigné A, groupe III - B, groupe IV - AB.

Des agglutinines (substances collantes) de deux types ont été trouvées dans le plasma sanguin. Ils sont désignés par les lettres de l'alphabet grec - α (alpha) et β (bêta).

L'agglutinine α colle les érythrocytes avec l'agglutinogène A, l'agglutinine β colle les érythrocytes avec l'agglutinogène B.

Le sérum sanguin du groupe I (0) contient des agglutinines α et β, dans le sang du groupe II (A) - agglutinine β, dans le sang du groupe III (B) - agglutinine α, dans le sang du groupe IV (AB) il n'y a pas d'agglutinines.

Vous pouvez déterminer le groupe sanguin si vous avez des sérums sanguins prêts à l'emploi des groupes II et III..

Le principe de la méthode de détermination du groupe sanguin est le suivant. Il n'y a pas d'agglutination (collage) des érythrocytes dans un groupe sanguin. Cependant, une agglutination peut se produire et les globules rouges s'agglutiner s'ils pénètrent dans le plasma ou le sérum d'un autre groupe. Par conséquent, en associant le sang du sujet à un sérum connu (standard), il est possible, par la réaction d'agglutination, de se prononcer sur la question de l'appartenance au groupe du sang étudié. Le sérum standard en ampoules peut être obtenu à la station (ou aux points) de transfusion sanguine.

Test 10

Appliquer une goutte de sérum des groupes sanguins II et III sur la lame avec un bâtonnet. Pour éviter les erreurs, mettez le numéro de groupe de sérum correspondant sur le verre à côté de chaque goutte. Utilisez une aiguille pour percer la peau du doigt et, à l'aide d'une tige de verre, transférez une goutte de sang de test dans une goutte de sérum standard; Remuez soigneusement le sang dans une goutte de sérum avec un bâtonnet jusqu'à ce que le mélange devienne uniformément rose. Après 2 minutes, ajoutez 1 à 2 gouttes de solution saline à chacune des gouttes et mélangez à nouveau. Assurez-vous d'utiliser une tige de verre propre pour chaque manipulation. Placez la diapositive sur du papier blanc et examinez les résultats après 5 minutes. En l'absence d'agglutination, la goutte est une suspension trouble uniforme d'érythrocytes. En cas d'agglutination, la formation de flocons érythrocytaires dans un liquide clair est visible à l'œil simple. Dans ce cas, 4 options sont possibles, qui permettent d'attribuer le sang de test à l'un des quatre groupes. La figure 11 peut vous aider à résoudre cette question..

Figure: 11. Détermination des groupes sanguins (les groupes auxquels appartiennent les sérums sont marqués en chiffres romains): 1 - aucune agglutination ne s'est produite dans le sérum du groupe II ou III - du sang du groupe I, 2 - une agglutination s'est produite dans le sérum du groupe III - du sang du groupe II: 3 - une agglutination s'est produite dans le sérum du groupe II - groupe sanguin III; 4 - agglutination survenue dans le sérum des groupes II et III - sang du groupe IV

Si l'agglutination est absente dans toutes les gouttes, cela indique que le sang à l'étude appartient au groupe I. Si l'agglutination est absente dans le sérum du groupe III (B) et s'est produite dans le sérum du groupe II (A), alors le sang à l'étude appartient au groupe III. Si l'agglutination est absente dans le sérum du groupe II et est présente dans le sérum du groupe III, alors le sang appartient au groupe II. Avec l'agglutination avec les deux sérums, on peut parler de sang appartenant au groupe IV (AB).

Il convient de rappeler que la réaction d'agglutination dépend fortement de la température. Dans le froid, cela ne se produit pas et à des températures élevées, une agglutination des érythrocytes avec du sérum non spécifique peut se produire. Il est préférable de travailler à une température de 18-22 ° C.

Le groupe sanguin I a en moyenne 40% des personnes, groupe II - 39%, III - 15%, groupe IV - 6%.

Le sang des quatre groupes est de qualité égale en termes de qualité et ne diffère que par les propriétés décrites.

L'appartenance à l'un ou l'autre groupe sanguin ne dépend pas de la race ou de la nationalité. Le groupe sanguin ne change pas au cours de la vie d'une personne.

Dans des conditions normales, dans le sang d'une même personne, les agglutinogènes et les agglutinines du même nom ne peuvent pas être trouvés (A ne peut pas rencontrer α, B ne peut pas rencontrer β). Cela ne peut se produire qu'avec une mauvaise transfusion sanguine. Ensuite, la réaction d'agglutination se produit, les érythrocytes collent ensemble. Des morceaux de globules rouges collés peuvent obstruer les capillaires, ce qui est très dangereux pour les humains. Suite à l'adhésion des érythrocytes, leur destruction se produit. Les produits de désintégration toxiques des érythrocytes empoisonnent le corps. Cela explique les complications graves et même la mort en cas de transfusion sanguine mal exécutée..

Règles de transfusion sanguine

L'étude des groupes sanguins a permis d'établir les règles de transfusion sanguine.

Les personnes qui donnent du sang sont appelées donneurs et les personnes qui reçoivent du sang sont appelées receveurs.

Lors de la transfusion, il est impératif de prendre en compte la compatibilité des groupes sanguins. Il est important qu'à la suite d'une transfusion sanguine, les érythrocytes du donneur ne collent pas avec le sang du receveur (tableau 5).

Tableau 5. Compatibilité des groupes sanguins

Dans le tableau 5, l'agglutination est indiquée par un signe plus (+) et l'absence d'agglutination est indiquée par un signe moins (-).

Le sang des personnes du groupe I peut être transfusé à tout le monde, donc les personnes du groupe I sont appelées donneurs universels. Le sang des personnes du groupe II peut être transfusé à des personnes des groupes sanguins II et IV, du sang des personnes du groupe III - personnes des groupes sanguins III et IV.

Le tableau 5 montre également (voir horizontalement) que si le receveur a le groupe sanguin I, alors il ne peut être transfusé qu'avec du sang du groupe I, dans tous les autres cas une agglutination se produira. Les personnes du groupe sanguin IV sont appelées receveurs universels, car elles peuvent être transfusées avec du sang des quatre groupes, mais leur sang ne peut être transfusé qu'à des personnes du groupe sanguin IV (Fig.12).

Facteur Rh

Avec la transfusion sanguine, même en tenant soigneusement compte de l'affiliation au groupe du donneur et du receveur, des complications parfois graves ont été rencontrées. Il s'est avéré que dans les érythrocytes de 85% des personnes, il y avait le soi-disant facteur Rh. Il est ainsi nommé parce qu'il a été découvert pour la première fois dans le sang du singe Macacus rhesus. Le facteur Rh est une protéine. Les personnes dont les globules rouges contiennent cette protéine sont appelées Rh positif. Dans les érythrocytes du sang de 15% des personnes, il n'y a pas de facteur Rh, ce sont des personnes Rh négatif.

Figure: 12. Schéma de compatibilité des groupes sanguins. Les flèches indiquent quels groupes sanguins peuvent être transfusés à des personnes ayant tel ou tel groupe sanguin.

Contrairement aux agglutinogènes, il n'y a pas d'anticorps prêts à l'emploi (agglutinines) contre le facteur Rh dans le plasma sanguin humain. Mais des anticorps contre le facteur Rh peuvent se former. Si du sang Rh positif est transfusé dans le sang de personnes Rh négatif, la destruction des globules rouges lors de la première transfusion ne se produira pas, car il n'y a pas d'anticorps prêts à l'emploi contre le facteur Rh dans le sang du receveur. Mais après la première transfusion, ils se forment, car le facteur Rh est une protéine étrangère pour le sang d'une personne Rh négatif. Avec une transfusion répétée de sang Rh-positif dans le sang d'une personne Rh-négative, les anticorps précédemment formés provoqueront la destruction des globules rouges du sang transfusé. Par conséquent, lors de la transfusion de sang, il est nécessaire de prendre en compte la compatibilité et le facteur Rh..

Pendant très longtemps, les médecins ont attiré l'attention sur une maladie plus grave et souvent mortelle des nourrissons dans le passé - la jaunisse hémolytique. De plus, plusieurs enfants sont tombés malades dans une même famille, ce qui suggère que la maladie est héréditaire. La seule chose qui ne rentre pas dans cette hypothèse est l'absence de signes de maladie chez le premier enfant né et une augmentation de la gravité de la maladie chez les deuxième, troisième et suivants..

Il s'est avéré que la maladie hémolytique des nouveau-nés est causée par l'incompatibilité des érythrocytes de la mère et du fœtus pour le facteur Rh. Cela se produit si la mère a du sang Rh négatif et que le fœtus a hérité du sang Rh positif du père. Au cours de la période de développement intra-utérin, ce qui suit se produit (Fig. 13). Les érythrocytes fœtaux qui ont le facteur Rh, pénétrant dans le sang de la mère, dont les érythrocytes ne le contiennent pas, y sont des antigènes «étrangers» et des anticorps sont produits contre eux. Mais les substances du sang de la mère à travers le placenta pénètrent à nouveau dans le corps de l'enfant, contenant maintenant des anticorps contre les érythrocytes du fœtus.

Il y a un conflit Rh, qui entraîne la destruction des globules rouges de l'enfant et la maladie jaunisse hémolytique.

Figure: 13. Schéma d'apparition de la maladie hémolytique des nouveau-nés. Après avoir désigné le facteur Rh par un signe +, il est facile de tracer son chemin: du père il est transmis au fœtus, et de lui - à la mère; les anticorps Rh formés dans son corps (cercles avec des flèches) retournent au fœtus et détruisent ses érythrocytes

À chaque nouvelle grossesse, la concentration d'anticorps dans le sang de la mère augmente, ce qui peut même entraîner la mort du fœtus.

Dans le mariage d'un homme Rh négatif avec une femme Rh positif, les enfants naissent en bonne santé. Seule une combinaison de «mère Rh négatif et père Rh positif» peut conduire à la maladie d'un enfant.

La connaissance de ce phénomène permet de planifier à l'avance des mesures préventives et thérapeutiques, à l'aide desquelles 90 à 98% des nouveau-nés peuvent être sauvés aujourd'hui. À cette fin, toutes les femmes enceintes avec du sang Rh négatif sont prises en compte spécial, leur hospitalisation précoce est effectuée et du sang Rh négatif est préparé en cas de bébé présentant des signes de jaunisse hémolytique. Des transfusions d'échange avec l'introduction de sang Rh négatif sauvent ces enfants.

Méthodes de transfusion sanguine

Il existe deux méthodes de transfusion sanguine. Avec la transfusion directe (directe), le sang est transfusé directement du donneur au receveur à l'aide de dispositifs spéciaux (Fig.14). La transfusion sanguine directe est rarement utilisée et uniquement dans les hôpitaux spéciaux.

Pour la transfusion indirecte, le sang du donneur est préalablement collecté dans un vaisseau, où il est mélangé avec des substances qui l'empêchent de coaguler (le plus souvent, du citrate de sodium est ajouté). De plus, des conservateurs sont ajoutés au sang, ce qui lui permet d'être conservé sous une forme adaptée à la transfusion pendant une longue période. Ce sang peut être transporté dans des ampoules scellées sur de longues distances.

Figure: 14. Seringue pour transfusion sanguine directe

Figure: 15. Système de transfusion sanguine: 1 - aiguille; 2 - tube de verre de visée; 3 - ampoule avec du sang; 4 - tube de raccordement; 5 - tee; 6 - ballon pour créer une pression; 7 - manomètre

Lors de la transfusion de sang en conserve, un tube en caoutchouc avec une aiguille est placé à l'extrémité de l'ampoule, qui est ensuite insérée dans la veine ulnaire du patient (Fig. 15). Un clip est mis sur le tube en caoutchouc; il peut être utilisé pour ajuster le taux d'injection de sang - méthode rapide ("jet") ou lente ("goutte à goutte").

Dans certains cas, ce n'est pas le sang entier qui est transfusé, mais ses éléments constitutifs: le plasma ou la masse érythrocytaire, qui est utilisé dans le traitement de l'anémie. La masse plaquettaire est transfusée pour saignement.

Malgré la grande valeur médicinale du sang en conserve, il existe toujours un besoin de solutions pouvant remplacer le sang. Il existe de nombreuses recettes de substituts sanguins. Leur composition est plus ou moins complexe. Tous ont certaines propriétés du plasma sanguin, mais n'ont pas les propriétés d'éléments façonnés..

Récemment, le sang prélevé sur un cadavre a été utilisé à des fins médicinales. Le sang extrait dans les six premières heures suivant la mort subite d'un accident conserve toutes les propriétés biologiques précieuses.

La transfusion de sang ou de ses substituts s'est généralisée dans notre pays et constitue l'un des moyens les plus efficaces de préserver la vie en cas de perte de sang importante..

Revitalisation du corps

La transfusion sanguine a permis de ramener à la vie des personnes qui ont eu la mort clinique lorsque l'activité cardiaque s'est arrêtée et que la respiration s'est arrêtée; des changements irréversibles dans le corps ne se sont pas encore produits.

La première renaissance réussie d'un chien a été faite en 1913 en Russie. 3-12 minutes après le début de la mort clinique, le sang a été injecté dans l'artère carotide vers le cœur sous pression, dans lequel des substances stimulant l'activité cardiaque ont été ajoutées. Le sang injecté de cette manière était dirigé vers les vaisseaux fournissant du sang au muscle cardiaque. Après un certain temps, l'activité du cœur a été rétablie, puis la respiration est apparue et le chien a repris vie.

Pendant la Grande Guerre patriotique, l'expérience des premiers réveils réussis dans la clinique a été transférée aux conditions du front. Une perfusion de sang sous pression dans les artères, associée à la respiration artificielle, a relancé les combattants amenés à la salle d'opération sur le terrain avec un arrêt de l'activité cardiaque et un arrêt de la respiration.

L'expérience des scientifiques soviétiques montre qu'avec une intervention rapide, un réveil peut être obtenu après une perte de sang mortelle, avec des blessures et un empoisonnement..

Donneurs de sang

Malgré le fait qu'un grand nombre de substituts sanguins différents ont été proposés, le sang humain naturel est toujours le plus précieux pour la transfusion. Il restaure non seulement la constance du volume et de la composition de l'environnement interne, mais guérit également. Du sang est nécessaire pour remplir les machines cœur-poumon, qui remplacent le cœur et les poumons du patient lors de certaines opérations. Le dispositif de rein artificiel nécessite 2 à 7 litres de sang pour fonctionner. Une personne gravement intoxiquée est parfois transfusée pour économiser 17 litres de sang. De nombreuses personnes ont été sauvées grâce à des transfusions sanguines opportunes.

Les personnes qui donnent volontairement leur sang pour transfusion - les donneurs - sont profondément respectées et reconnues par la population. Le don est une fonction publique honorifique d'un citoyen de l'URSS.

Toute personne en bonne santé qui a atteint l'âge de 18 ans peut devenir donneur, quels que soient son sexe et sa profession. Prendre une petite quantité de sang sur une personne en bonne santé n'a pas d'effet négatif sur le corps. Les organes hématopoïétiques compensent facilement ces petites pertes de sang. Environ 200 ml de sang sont prélevés sur le donneur à la fois.

Si vous effectuez un test sanguin chez un donneur avant et après le don de sang, il s'avère qu'immédiatement après la prise de sang, le contenu en érythrocytes et en leucocytes sera encore plus élevé qu'avant. Cela est dû au fait qu'en réponse à une si petite perte de sang, le corps mobilise immédiatement ses forces et le sang sous forme de réserve (ou dépôt) pénètre dans la circulation sanguine. De plus, le corps reconstitue la perte de sang, même avec un certain excès. Si une personne donne régulièrement du sang, la teneur en érythrocytes, en hémoglobine et en autres constituants de son sang devient plus élevée qu'avant de devenir donneur..

Questions et tâches pour le chapitre "Environnement interne du corps"

1. Ce qu'on appelle l'environnement interne du corps?

2. Comment la constance de l'environnement interne du corps est maintenue?

3. Comment pouvez-vous accélérer, ralentir ou empêcher la coagulation du sang??

4. Une goutte de sang est placée dans une solution de NaCl à 0,3%. Que se passe-t-il dans ce cas avec les globules rouges? Expliquez ce phénomène.

5. Pourquoi dans les hauts plateaux le nombre de globules rouges dans le sang augmente?

6. Quel sang de donneur pouvez-vous transfuser si vous avez un groupe sanguin III??

7. Comptez le pourcentage d'élèves de votre classe qui ont les groupes sanguins I, II, III et IV.

8. Comparez le taux d'hémoglobine dans le sang de plusieurs élèves de votre classe. À titre de comparaison, prenez les données expérimentales obtenues lors de la détermination de la teneur en hémoglobine dans le sang des garçons et des filles..

Compatibilité transfusionnelle sanguine

Dans les cliniques, la transfusion est très souvent effectuée - transfusion sanguine. Grâce à cette procédure, les médecins sauvent la vie de milliers de patients chaque année..

Le biomatériau du donneur est nécessaire pour les blessures graves et certaines pathologies. De plus, vous devez respecter certaines règles, car si le receveur et le donneur sont incompatibles, des complications graves peuvent survenir, jusqu'au décès du patient..

Pour éviter de telles conséquences, il est nécessaire de vérifier la compatibilité des groupes sanguins pendant la transfusion et de passer ensuite à des actions actives..

Règles de transfusion

Tous les patients n'ont pas une idée de ce que c'est et comment la procédure est effectuée. Malgré le fait que les transfusions sanguines aient été effectuées dans les temps anciens, la procédure a commencé son histoire moderne au milieu du 20e siècle, lorsque le facteur Rh a été identifié..

Aujourd'hui, grâce aux technologies modernes, les médecins peuvent non seulement produire des substituts sanguins, mais également préserver le plasma et d'autres composants biologiques. Grâce à une telle percée, si nécessaire, le patient peut être injecté non seulement avec du sang de donneur, mais également avec d'autres fluides biologiques, par exemple du plasma frais congelé..

Pour éviter l'apparition de complications graves, lors des transfusions sanguines, il est nécessaire de respecter certaines règles:

  • la procédure de transfusion doit être effectuée dans des conditions appropriées, dans une pièce à environnement aseptique;
  • avant de se lancer dans des actions actives, le médecin doit effectuer indépendamment certains examens et identifier l'affiliation du patient au groupe selon le système ABO, découvrir ce que la personne a un facteur Rh, et également vérifier si le donneur et le receveur sont compatibles;
  • il est nécessaire de mettre un test de compatibilité générale;
  • il est strictement interdit d'utiliser des biomatériaux qui n'ont pas été testés pour la syphilis, l'hépatite sérique et le VIH;
  • pour 1 procédure, pas plus de 500 ml de biomatériau peuvent être prélevés sur un donneur. Le liquide résultant est conservé pendant 3 semaines au maximum à une température de 5 à 9 degrés;
  • pour les bébés de moins de 12 mois, la perfusion est réalisée en tenant compte de la posologie individuelle.

Compatibilité de groupe

De nombreuses études cliniques ont confirmé que différents groupes peuvent être compatibles si au cours de la transfusion une réaction ne se produit pas, au cours de laquelle les agglutinines attaquent les anticorps étrangers et les globules rouges se collent..

  • Le premier groupe sanguin est considéré comme universel. Il convient à tous les patients car il est sans antigène. Mais les médecins préviennent que les patients dont le groupe sanguin I ne peut être perfusé qu'avec le même.
  • Seconde. Contient l'antigène A. Convient pour la perfusion chez les patients des groupes II et IV. Une personne de la seconde ne peut être perfusée qu'avec du sang des groupes I et II.
  • Troisième. Contient l'antigène B. Convient pour la transfusion aux citoyens atteints de III et IV. Les personnes de ce groupe ne peuvent être perfusées qu'avec du sang des groupes I et III.
  • Quatrième. Contient les deux antigènes à la fois, convient uniquement aux patients du groupe IV.

Quant à Rh, si une personne a un Rh positif, du sang négatif peut également être transfusé, mais il est strictement interdit d'effectuer la procédure dans un ordre différent..

Il est important de noter que la règle n'est valable qu'en théorie, car en pratique, il est interdit aux patients d'injecter du matériel qui n'est pas idéal..

Quels groupes sanguins et facteurs Rh sont compatibles pour la transfusion

Toutes les personnes appartenant au même groupe ne peuvent pas faire de don entre elles. Les médecins s'assurent que la transfusion peut être effectuée en suivant strictement les règles établies, sinon il y a un risque de complications..

Vous pouvez clairement déterminer la compatibilité sanguine (en tenant compte des rhésus positifs et négatifs) selon le tableau suivant:

Valeur du groupe sanguin en transfusion

La transfusion sanguine est une procédure sérieuse qui doit être suivie selon certaines règles. Tout d'abord, nous parlons de compatibilité. Le plus souvent, un don est nécessaire pour aider les patients gravement malades. Il peut s'agir d'une grande variété de maladies du sang, d'opérations compliquées ou d'autres complications nécessitant une transfusion..

Le don est apparu il y a longtemps, donc pour le moment, cette procédure n'est pas nouvelle et est courante dans tous les départements de médecine. Le concept même de compatibilité de groupe est apparu il y a plus de cent ans. Cela était dû au fait que des protéines spécifiques ont été trouvées dans le plasma et dans la membrane érythrocytaire. Ainsi, trois groupes sanguins ont été identifiés, qui s'appellent aujourd'hui le système AB0.

Pourquoi la compatibilité manque?

Très souvent, le receveur ne convient pas au sang de l'un ou l'autre groupe. Malheureusement ou heureusement, il n'y a pas de groupe universel, il faut donc tout le temps sélectionner un donneur selon certains critères. En cas de discordance, une réaction d'agglutination peut se produire, caractérisée par l'adhésion des érythrocytes du donneur et du plasma du receveur..

Pour la sélection correcte, un schéma spécial est utilisé, selon lequel il est possible de déterminer si la compatibilité ou son absence. On peut également noter que le donneur avec le premier groupe sanguin est universel, car le receveur avec le quatrième convient également à tout le monde. De plus, il existe toujours une incompatibilité pour le facteur Rh. Dans la pratique médicale, les facteurs Rh positifs et négatifs sont connus..

Si vous prenez du sang d'un donneur du deuxième groupe pour un receveur avec un Rh positif d'un donneur avec un second seulement avec un négatif, alors ce sera déjà une incompatibilité, car dans ce cas, il est nécessaire de se concentrer non seulement sur le groupe lui-même. Il est très dangereux d'ignorer de telles informations, car après le choc, le destinataire peut mourir. Le plasma et tous ses composants de chaque personne sont individuels dans le nombre d'antigènes, qui peut également être déterminé par différents systèmes.

Groupe sanguinGroupes qui
transfusion sanguine possible
Groupes dont
transfusion sanguine possible
O (je)O, A, B, ABO
A (II)A, ABO, A
B (III)B, ABO, B
AB (IV)UN BO, A, B, AB

Règles de transfusion

Pour que la transfusion réussisse, il est nécessaire d'observer certaines règles pratiques concernant la sélection des groupes et, en conséquence, le donneur:

  • prendre en compte la compatibilité des groupes sanguins du receveur et du donneur selon le système AB0;
  • déterminer le facteur Rh positif ou négatif;
  • effectuer un test spécial de compatibilité individuelle;
  • effectuer un test biologique.

Ces contrôles préliminaires des groupes donneurs et receveurs doivent être effectués sans faute, car il est possible de provoquer un choc voire la mort chez le receveur..

Comment déterminer correctement le groupe sanguin pour la transfusion?

Pour déterminer cet indicateur, un sérum spécial est utilisé. Si certains anticorps sont présents dans le sérum qui correspondent aux antigènes des globules rouges. Dans ce cas, les érythrocytes forment de petits amas. Selon le groupe, les érythrocytes s'agglutinent avec un certain type de sérum. Par exemple:

  • le test sérique des groupes B (III) et AB (IV) contient des anticorps anti-B;
  • le sérum pour les groupes A (II) et AB (IV) contient des anticorps anti-A;
  • quant aux groupes tels que 0 (I), ils ne s'agglutinent avec aucun sérum de test.

Incompatibilité des groupes de mère et enfant

Si une femme avec un facteur Rh négatif est enceinte et positive, une incompatibilité peut survenir. Dans ce cas, le groupe sanguin universel n'aide pas, car la sélection du facteur Rh devient plus importante. Un tel contact n'a lieu qu'à la naissance d'un enfant et, lors de la deuxième grossesse, une fausse couche ou une naissance prématurée d'un bébé mort peut survenir. Si le nouveau-né survit, il reçoit un diagnostic de maladie hémolytique.

Heureusement, il existe aujourd'hui une substance spéciale qui est injectée à la mère et, par conséquent, bloque la formation d'anticorps. Par conséquent, une telle maladie hémolytique est déjà sur le point de disparaître complètement. Le don dans ce cas peut ne pas être du tout nécessaire.

Test des groupes pour la compatibilité pour la transfusion

Il existe une manière assez courante de trouver le bon donateur. Pour ce faire, prélevez jusqu'à 5 ml de sang d'une veine, placez-le dans un appareil spécial avec une centrifugeuse et versez une goutte de sérum spécial. Après cela, quelques gouttes supplémentaires du sang du receveur y sont ajoutées et les actions sont observées pendant cinq minutes. Il est également nécessaire d'y ajouter une goutte de solution isotonique de chlorure de sodium..

Si pendant toute la durée de la réaction aucune agglutination ne s'est produite, la compatibilité des groupes sanguins sélectionnés est observée. Ainsi, le donneur peut donner du sang dans la quantité requise. Une autre méthode de contrôle connue pour vérifier la compatibilité transfusionnelle. Pour ce faire, le receveur reçoit une injection de plusieurs millilitres de sang pendant trois minutes.Si tout se passe bien et qu'aucun effet secondaire n'est observé, vous pouvez en ajouter un peu plus. En règle générale, une telle procédure est déjà effectuée à titre de contrôle, lorsque le donneur est fourni au receveur en tant que transfusion permanente ou à usage unique. Il existe un certain tableau d'un tel schéma, selon lequel un contrôle de contrôle est effectué et seulement après qu'une transfusion est effectuée.

Enregistrement de la transfusion sanguine

Une fois la transfusion terminée, un enregistrement du groupe identifié, du facteur Rh et d'autres indications possibles est enregistré sur la carte du receveur et du donneur. Si le donneur s'est approché, alors, avec son accord, ils prennent des données pour une transfusion ultérieure, puisque la première compatibilité a déjà été identifiée avec succès. À l'avenir, les deux patients devraient être surveillés périodiquement, surtout si le donneur a conclu un contrat avec ce centre. Ceci est largement pratiqué aujourd'hui, car il est parfois très difficile de trouver un donneur adapté avec un groupe rare.

Il n'y a rien de dangereux à s'inscrire de cette manière pour obtenir de l'aide, car ainsi vous aidez les malades et rajeunissez un peu votre corps. Il est prouvé depuis longtemps que le don périodique de sang aide notre corps à se renouveler, stimulant ainsi le travail actif des cellules hématopoïétiques..

Transfusion sanguine - les règles. Compatibilité des groupes sanguins pendant la transfusion et préparation du patient pour la transfusion sanguine

La transfusion sanguine est l'introduction de sang total ou de ses composants (plasma, érythrocytes) dans le corps. Ceci est fait pour de nombreuses maladies. Dans des domaines tels que l'oncologie, la chirurgie générale et la pathologie néonatale, il est difficile de se passer de cette procédure. Découvrez quand et comment le sang est transfusé.

Règles de transfusion sanguine

Beaucoup de gens ne savent pas ce qu'est la transfusion sanguine et comment cette procédure fonctionne. Le traitement d'une personne avec cette méthode commence son histoire bien loin dans les temps anciens. Les guérisseurs médiévaux ont largement pratiqué cette thérapie, mais pas toujours avec succès. La transfusiologie sanguine commence son histoire moderne au XXe siècle grâce au développement rapide de la médecine. Cela a été facilité par l'identification du facteur Rh chez l'homme.

Les scientifiques ont développé des méthodes de conservation du plasma, créé des substituts sanguins. Les composants sanguins largement utilisés pour la transfusion sont reconnus dans de nombreuses branches de la médecine. L'un des domaines de la transfusion est la transfusion de plasma, son principe est basé sur l'introduction de plasma frais congelé dans le corps du patient. La méthode de traitement par transfusion sanguine nécessite une approche responsable. Pour éviter des conséquences dangereuses, il existe des règles pour la transfusion sanguine:

1. La transfusion sanguine doit avoir lieu dans un environnement aseptique.

2. Avant la procédure, quelles que soient les données précédemment connues, le médecin doit mener personnellement les études suivantes:

  • détermination de l'affiliation au groupe selon le système AB0;
  • détermination du facteur Rh;
  • vérifier si le donneur et le receveur sont compatibles.

3. Il est interdit d'utiliser du matériel qui n'a pas été testé pour le SIDA, la syphilis et l'hépatite sérique..

4. La masse du matériel prélevé en une seule fois ne doit pas dépasser 500 ml. Un médecin devrait le peser. Il peut être conservé à une température de 4 à 9 degrés pendant 21 jours.

  • Comment éliminer les points noirs sur le nez
  • Pâtes au four: recettes avec photos
  • Les plus beaux noms de famille du monde

5. Pour les nouveau-nés, la procédure est effectuée en tenant compte de la posologie individuelle.

Compatibilité des groupes sanguins pour la transfusion

Les règles de base de la transfusion prévoient une transfusion sanguine stricte par groupe. Il existe des schémas et des tableaux spéciaux pour combiner donateurs et bénéficiaires. Selon le système Rh (facteur Rh), le sang est divisé en positif et négatif. Une personne atteinte de Rh + peut recevoir du Rh-, mais pas l'inverse, sinon cela entraînera le collage des globules rouges. Le tableau montre la présence du système AB0:

À partir de là, il est possible de déterminer les schémas de base de la transfusion sanguine. Une personne du groupe O (I) est un donneur universel. La présence du groupe AB (IV) indique que le propriétaire est un destinataire universel, il peut être imprégné de matériel de n'importe quel groupe. Les porteurs de A (II) peuvent être transfusés avec O (I) et A (II), et les personnes avec B (III) - O (I) et B (III).

Technique de transfusion sanguine

Une méthode courante de traitement de diverses maladies est la transfusion indirecte de sang frais congelé, de plasma, de plaquettes et de masse érythrocytaire. Il est très important d'effectuer la procédure correctement, strictement selon les instructions approuvées. Une telle transfusion se fait à l'aide de systèmes de filtres spéciaux, ils sont jetables. Le médecin traitant, et non le personnel médical subalterne, assume l'entière responsabilité de la santé du patient. Algorithme de transfusion sanguine:

  1. La préparation du patient à la transfusion sanguine comprend la prise d'anamnèse. Le médecin interroge la patiente sur la présence de maladies chroniques et de grossesses (chez la femme). Effectue les tests nécessaires, détermine le groupe AB0 et le facteur Rh.
  2. Le médecin choisit le matériel du donneur. Il évalue macroscopiquement sa pertinence. Revérifications des systèmes AB0 et Rh.
  3. Mesures préparatoires. Un certain nombre de tests sont effectués pour la compatibilité du matériel du donneur et du patient en utilisant une méthode instrumentale et biologique.
  4. Transfusion. Avant la transfusion, la poche contenant le matériel doit rester à température ambiante pendant 30 minutes. La procédure est effectuée avec un compte-gouttes aseptique jetable à un débit de 35 à 65 gouttes par minute. Lors d'une transfusion, le patient doit être absolument calme..
  5. Le médecin remplit le protocole de transfusion sanguine et donne des instructions au personnel infirmier.
  6. Le receveur est surveillé tout au long de la journée, en particulier de près pendant les 3 premières heures.
  • Toux sèche chez un adulte - traitement à domicile
  • Remèdes populaires pour l'acné
  • Comment augmenter l'immunité avec des remèdes populaires pour un adulte à la maison

Transfusion sanguine d'une veine à la fesse

La thérapie d'autohémotransfusion est abrégée en autohémothérapie, c'est une transfusion sanguine d'une veine dans la fesse. C'est une procédure de traitement améliorant la santé. La principale condition est une injection de votre propre matériel veineux, qui est effectuée dans le muscle fessier. Les fesses doivent se réchauffer après chaque injection. Le cours dure de 10 à 12 jours, au cours desquels le volume de matériel sanguin injecté passe de 2 ml à 10 ml en une seule injection. L'autohémothérapie est une bonne méthode de correction immunitaire et métabolique de votre propre corps.

Transfusion sanguine directe

La médecine moderne utilise la transfusion sanguine directe (directement dans une veine du donneur au receveur) dans de rares cas d'urgence. Les avantages de cette méthode sont que le matériau source conserve toutes ses propriétés inhérentes et l'inconvénient est un matériel complexe. La transfusion par cette méthode peut provoquer le développement d'une embolie veineuse et artérielle. Indications de la transfusion sanguine: troubles du système de coagulation avec échec d'un autre type de thérapie.

Indications de la transfusion sanguine

Les principales indications de la transfusion sanguine:

  • grande perte de sang d'urgence;
  • maladies cutanées purulentes (acné, furoncles);
  • Syndrome DIC;
  • surdosage d'anticoagulants indirects;
  • intoxication sévère;
  • maladie du foie et des reins;
  • maladie hémolytique du nouveau-né;
  • anémie sévère;
  • opérations chirurgicales.

Algorithme pour la transfusion sanguine

Règles pour l'utilisation clinique du sang donné et (ou) de ses composants.

Système AVO
Les principaux antigènes du système ABO sont 2-A et B.
spécificités séparées, 2 autres antigènes-A, B et A1 y sont isolés.
L'absence de ces 4 antigènes sur les érythrocytes signifie O.
Les anticorps anti-A et anti-B sont d'origine naturelle. Ils
désigné par le grec α et β.
Il existe 4 groupes sanguins formés par des combinaisons d'antigènes A et B avec les isohémagglutinines α et β. Sur les érythrocytes du premier groupe O (I), les antigènes A et B sont absents, le plasma contient des anticorps α et β. Dans le deuxième groupe sanguin A (II), il y a l'antigène A sur les érythrocytes, des anticorps β sont présents dans le plasma. Le troisième groupe B (III) contient l'antigène B et les anticorps α. Dans le quatrième groupe AB (IV), les antigènes A et B sont présents, les isoghémaglutinines α et β sont absentes du sérum sanguin.

Facteur rhésus Rh

Le facteur rhésus est un antigène présent dans les érythrocytes de 85% des personnes, ainsi que chez les singes rhésus Macaus.
Le sang des personnes dont les globules rouges contiennent Rh est appelé positif.
Il existe plusieurs antigènes différents du système Rh, y compris le groupe Hr, qui forme un système commun avec Rh.
Rh-Hr
Y compris -3 variétés d'agglutinogène Rh (C, D, E)
-3 variétés de H-agglutinogène (c, e, f) et d'autres espèces plus rares.
Agglutinogen Hr est contenu dans les érythrocytes de 83% des personnes.
Le facteur rhésus est hérité comme un trait dominant et ne change pas tout au long de la vie.

La transfusion de composants sanguins a le droit d'effectuer:
-Médecin traitant ou médecin de garde.
-Pendant l'opération, un chirurgien ou un anesthésiste (non impliqué dans l'opération ou l'anesthésie).
-Médecin du service ou bureau de transfusion sanguine.
-Médecin-transfusiologue.


Détermination du groupe sanguin selon le système ABO
(Avec l'utilisation de tsoliclones)
-2 gouttes (0,1 ml) du réactif et à côté d'une goutte de sédiment érythrocytaire (0,02 - 0,03 ml)
-Le sérum et les érythrocytes sont mélangés avec une tige de verre
-La plaque est secouée périodiquement, en observant le déroulement de la réaction pendant 5 minutes (permet d'identifier l'agglutinogène faible A2)
-interpréter les résultats

Groupes sanguins difficiles

Sous-groupes sanguins. L'antigène A, contenu dans les érythrocytes des groupes A (II) et AB (IV), peut être représenté par deux variantes (sous-groupes) - A_1 et A_2. L'antigène B n'a pas de telles différences.
Agglutination non spécifique des érythrocytes. Il est jugé sur la base de la capacité des érythrocytes à agglutiner les sérums de tous les groupes, y compris AB (IV).

Une agglutination non spécifique est observée dans l'anémie hémolytique auto-immune et d'autres maladies auto-immunes, accompagnée de l'adsorption d'auto-anticorps sur les érythrocytes, dans la maladie hémolytique des nouveau-nés dont les érythrocytes sont chargés d'alloanticorps maternels.

Chimères sanguines. Les chimères sanguines sont appelées le séjour simultané dans la circulation sanguine de deux populations de globules rouges, différant par le groupe sanguin et d'autres antigènes..

Les chimères de transfusion résultent de transfusions multiples de masse érythrocytaire ou de suspension du groupe 0 (I) à des receveurs d'un autre groupe. Les vraies chimères se trouvent chez les jumeaux hétérozygotes, ainsi qu'après une greffe de moelle osseuse allogénique.

Autres caractéristiques. La détermination du groupe sanguin AB0 et de l'appartenance Rh peut être difficile chez les patients en raison de modifications des propriétés des érythrocytes dans diverses conditions pathologiques (chez les patients atteints de cirrhose hépatique, de brûlures, de septicémie).

Détermination de l'accessoire Rh

Appliquez une grosse goutte (environ 0,1 ml) de réactif sur la plaque. Appliquer une petite goutte (0,02-0,03 ml) des érythrocytes à examiner à proximité.
Mélangez soigneusement le réactif avec les globules rouges avec une tige en verre.
Rock doucement le disque.
Les résultats de la réaction sont pris en compte 3 minutes après le mélange..
En présence d'agglutination, le sang étudié est marqué comme Rh positif, en l'absence - comme Rh négatif.


Test de compatibilité avion à température ambiante

pour effectuer des tests de compatibilité individuelle, le sang (sérum) du patient est utilisé, pris avant la transfusion ou pas plus de 24 heures, à condition qu'il soit conservé à une température de + 4 + 2 ° С.

2 à 3 gouttes du sérum du receveur sont appliquées sur la plaque et une petite quantité d'érythrocytes est ajoutée de sorte que le rapport érythrocytes au sérum soit de 1: 10
Ensuite, les érythrocytes sont mélangés avec du sérum, la plaque est légèrement secouée pendant 5 minutes.

Test de compatibilité avec 33% de polyglucine

2 gouttes (0,1 ml) du sérum du receveur sont ajoutées dans le tube à essai 1 goutte (0,05) ml d'érythrocytes du donneur et 1 goutte (0,1 ml) de polyglucine à 33% est ajoutée.

Le tube est incliné en position horizontale, en secouant légèrement, puis lentement tourné de sorte que son contenu se répande le long des parois en une fine couche. Le contact des érythrocytes avec le sérum du patient pendant la rotation du tube doit être poursuivi pendant au moins 3 minutes.

Après 3 à 5 minutes, ajoutez 2 à 3 ml de solution physiologique dans le tube à essai et mélangez le contenu en retournant le tube à essai 2 à 3 fois sans agiter.

Le résultat est pris en compte en regardant les tubes à la lumière à l'œil nu ou à la loupe. L'agglutination des érythrocytes indique que le sang du receveur et du donneur est incompatible, l'absence d'agglutination est un indicateur de la compatibilité du sang du donneur et du receveur.

Ordre de réactif incorrect.
Conditions de température (la détermination du groupe sanguin est effectuée à une température non inférieure à 15 ° C, ni supérieure à 25 ° C)
Ratio de réactifs et d'érythrocytes de test.
Durée de l'observation. (permet d'identifier un faible agglutinogène A_2, caractérisé par une agglutination retardée)

Le test biologique est réalisé quel que soit le volume du milieu de transfusion sanguine et la vitesse de son introduction.

S'il est nécessaire de transfuser plusieurs doses de composants sanguins, un prélèvement biologique est réalisé avant le début de la transfusion de chaque nouvelle dose..

Technique de réalisation d'un échantillon biologique:
10 ml de milieu de transfusion sanguine sont versés une fois à raison de 2 à 3 ml (40 à 60 gouttes) par minute

dans les 3 minutes observer le receveur, surveiller son pouls, sa respiration, sa pression artérielle, son état général, la couleur de sa peau, mesurer la température corporelle

cette procédure est répétée deux fois de plus. L'apparition pendant cette période d'un seul des symptômes cliniques tels que frissons, maux de dos, sensation de chaleur et d'oppression dans la poitrine, maux de tête, nausées ou vomissements, nécessite l'arrêt immédiat de la transfusion et le refus de la transfusion de ce milieu de transfusion.

L'urgence de la transfusion de composants sanguins ne dispense pas de réaliser un prélèvement biologique.

Le médecin effectuant la transfusion de composants sanguins doit:

1.Déterminer les indications du traitement transfusionnel sanguin, en tenant compte des contre-indications.

2. Obtenir le consentement volontaire éclairé du receveur ou de son représentant légal pour effectuer une transfusion sanguine sous la forme prescrite.

3. Effectuer une détermination primaire du groupe sanguin du patient selon le système ABO.

IL EST STRICTEMENT INTERDIT D'UTILISER LES DONNÉES SUR LES ACCESSOIRES DU GROUPE SUR LES SYSTÈMES AVO ET RHESUS DE PASSEPORT, HISTORIQUE PRÉCÉDENT DE MALADIE ET ​​AUTRES DOCUMENTS.

4. Entrer dans la saisine du laboratoire de diagnostic clinique (formulaire n ° 207 / y), des informations sur le résultat de la détermination du groupe sanguin par le système ABO, une série de tests diagnostiques, de transfusion et d'antécédents obstétrico-gynécologiques. Direction des panneaux

5. Se familiariser avec les conclusions du laboratoire de diagnostic clinique. Transférer les données sur le groupe du patient et l'affiliation Rh à la partie avant du dossier médical du patient hospitalisé, en indiquant la date d'analyse et son nom de famille.

6. Préparez une épicrise pré-transfusionnelle.

7. Effectuer une évaluation macroscopique de la gélatine de laboratoire et des diagnostics.

8. Procéder à une évaluation macroscopique de chaque dose de milieu de transfusion sanguine.

9. Déterminez à nouveau le groupe sanguin du receveur à l'aide du système ABO immédiatement avant la transfusion

10. Déterminer le groupe sanguin selon le système ABO avec un milieu contenant des érythrocytes.

11. Vérifier la conformité des données du passeport.

12. Effectuer un test de compatibilité du sang du receveur et du sang du donneur (milieu de transfusion sanguine) en utilisant les systèmes ABO et Rh.

13. Enregistrer le résultat des études isosérologiques dans le protocole de l'opération de transfusion sanguine.

LES ESSAIS DE COMPATIBILITÉ INDIVIDUELLE PAR AVO ET RHESUS SYSTEM NE REMPLACENT PAS LES AUTRES.

CONDUITE DANS TOUS LES CAS AVEC DES ÉCHANTILLONS SANGUINS DE CHAQUE CONTENANT.

OBLIGATOIRE, MÊME SI LA MASSE Érythrocyte OU SÉLECTIONNÉE PAR LE POIDS INDIVIDUELLEMENT AU BÉNÉFICIAIRE DANS UN LABORATOIRE SPÉCIALISÉ.

14. Effectuez un test biologique. Enregistrer son résultat dans le protocole de l'opération de transfusion sanguine.

15. Surveiller l'état du receveur, le taux d'introduction du milieu transfusionnel.

16. Lorsque l'état du patient change, tout d'abord exclure les complications post-transfusionnelles.

17. Évaluer les indicateurs de pression artérielle, pouls, résultats de thermométrie.

18. Enregistrer la transfusion sanguine:

• dans le journal des observations du dossier médical du patient hospitalisé;

• dans le registre des transfusions de sang et de ses composants (formulaire n ° 009 / y);

• remplir le protocole de transfusion sanguine

19. Réaliser une macro-évaluation de la première portion d'urine.

20. Prescrire des tests cliniques de sang et d'urine le lendemain de la transfusion sanguine.

21. Évaluer le débit urinaire quotidien, l'équilibre hydrique, les résultats des analyses d'urine et de sang.

22. Observez le patient avec le reflet des résultats d'observation dans le journal des antécédents médicaux. Lorsque les symptômes cliniques et les paramètres de laboratoire changent avant que le patient ne quitte l'hôpital, tout d'abord pour exclure la complication post-transfusionnelle.

Complications
-Complications immunitaires (hémolyse aiguë, réaction hyperthermique non hémolytique, choc anaphylactique, œdème pulmonaire non cardiogénique)

-Complications non immunitaires (hémolyse aiguë, choc bactérien, insuffisance respiratoire aiguë, œdème pulmonaire)

-Complications immédiates (allo-immunisation avec des antigènes d'érythrocytes, de leucocytes, de plaquettes ou de protéines plasmatiques, hémolyse, réaction>, purpura post-transfusionnel)

-Immunitaire (hémolyse, réaction du greffon contre l'hôte, purpura post-transfusionnel, allo-immunisation avec des antigènes d'érythrocytes, de leucocytes, de plaquettes ou de protéines plasmatiques

A. G. Rumyantsev, V. A. Agranenko. Transfusiologie clinique-M.: GEOTAR MEDICINE, 1997.

E. B. Zhiburt. Transfusiologie-S.: PETER, 2002.

Règles et audits de transfusion sanguine. Un guide pour les médecins. -M., RANS, 2010.

Transfusiologie des AA de Ragimov. Guide national-M.: GEOTAR Media, 2012.

S.I.Donskov, V.A.Morokov. Groupes sanguins humains: Lignes directrices pour l'immunosérologie-M.: IP Skorokhodov V.A., 2013.

Zhiburt E.B. Gestion du sang du patient // Santé. -2014.

Algorithmes pour l'étude des antigènes érythrocytaires et des anticorps anti-érythrocytes dans les cas difficiles à diagnostiquer. Recommandations méthodiques N 99/181 (approuvées par le ministère de la Santé de Russie 17.05.2000)

Arrêté du Ministère de la Santé de la Russie du 25 novembre 2002 N363 "Sur l'approbation des Instructions pour l'utilisation des composants sanguins"

Arrêté du ministère de la Santé de la Russie du 02.04.2013 N183n "Sur l'approbation des règles pour l'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants"

Arrêté du Ministère de la santé de la Fédération de Russie du 2 avril 2013 N 183n "Sur l'approbation des règles d'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants"

Arrêté du ministère de la Santé de la Fédération de Russie du 2 avril 2013 N 183n
"Après approbation des règles d'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants"

Conformément à la clause 7 de la partie 2 de l'article 9 de la loi fédérale du 20 juillet 2012 N 125-FZ "Sur le don de sang et de ses composants" (Recueil de la législation de la Fédération de Russie, 2012, N 30, art. 4176), j'ordonne:

Approuver les règles ci-jointes pour l'utilisation clinique du sang donné et (ou) de ses composants.

Enregistré auprès du ministère de la Justice de la Fédération de Russie le 12 août 2013.

Enregistrement N 29362

règles
utilisation clinique du sang donné et (ou) de ses composants
(approuvé par arrêté du ministère de la Santé de la Fédération de Russie du 2 avril 2013 N 183n)

I. Dispositions générales

1. Les présentes règles établissent les exigences relatives à la conduite, à la documentation et au suivi de l'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants afin de garantir l'efficacité, la qualité et la sécurité de la transfusion (transfusion) et la formation de stocks de sang de donneur et (ou) de ses composants.

2. Ces règles doivent être appliquées par toutes les organisations impliquées dans l'utilisation clinique du sang donné et (ou) de ses composants conformément à la loi fédérale du 20 juillet 2012 N 125-FZ "sur le don de sang et de ses composants" (ci-après - organisations).

II. Organisation des activités de transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants

3. Les organisations créent une commission de transfusion, qui comprend des chefs de service clinique, des chefs de service de transfusion ou de bureau de transfusion et, en leur absence, parmi le personnel de l'organisation, des médecins chargés d'organiser la transfusion (transfusion) du sang de donneur et (ou) ses composants dans l'organisation et autres spécialistes.

La commission transfusionnelle est créée sur la base de la décision (ordre) du responsable de l'organisation dans laquelle elle a été créée.

L'activité de la commission de transfusion est exercée sur la base du règlement sur la commission de transfusion, approuvé par le responsable de l'organisation.

4. Les fonctions de la commission transfusionnelle sont:

a) le contrôle de l'organisation de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants dans l'organisation;

b) analyse des résultats de l'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants;

c) élaboration de programmes optimaux pour la transfusion (transfusion) du sang de donneur et (ou) de ses composants;

d) l'organisation, la planification et le contrôle de l'augmentation du niveau de formation professionnelle des médecins et autres personnels médicaux sur les questions de transfusion (transfusion) du sang de donneur et (ou) de ses composants;

e) analyse des cas de réactions et de complications liées à la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, et élaboration de mesures pour leur prévention.

5. Afin de garantir la sécurité de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants:

a) la transfusion (transfusion) de sang donné et (ou) de ses composants à plusieurs receveurs à partir d'un même récipient est interdite;

b) il est interdit de transfuser (transfuser) le sang d'un donneur et (ou) ses composants qui n'ont pas été testés pour les marqueurs des virus de l'immunodéficience humaine, les hépatites B et C, l'agent causal de la syphilis, le groupe sanguin selon le système ABO et l'affiliation Rh

c) pour la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants non soumis à une réduction de leucémie, des dispositifs jetables avec un microfiltre intégré sont utilisés, qui assurent l'élimination des microagrégats d'un diamètre supérieur à 30 microns;

d) pour les transfusions multiples chez les personnes ayant des antécédents transfusionnels chargés, la transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes, de plasma frais congelé et de plaquettes est réalisée à l'aide de filtres à leucocytes.

6. Après chaque transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, son efficacité est évaluée. Les critères d'efficacité de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants sont les données cliniques et les résultats de laboratoire.

III. Règles pour la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants

7. Lors de l'admission d'un receveur nécessitant une transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, une étude primaire du groupe et de l'appartenance Rh du sang du receveur est effectuée par le médecin du service clinique de l'organisation, formé en transfusiologie..

8. La détermination confirmative du groupe sanguin selon le système ABO et l'affiliation Rh, ainsi que le phénotypage des antigènes C, C, E, e, K, k et la détermination des anticorps anti-érythrocytaires chez le receveur sont effectués dans le laboratoire de diagnostic clinique.

Les résultats de la détermination confirmatoire du groupe sanguin ABO et de l'affiliation Rh, ainsi que du phénotypage des antigènes C, C, E, e`` K, k et de la détermination des anticorps anti-érythrocytes chez le receveur sont inscrits dans la documentation médicale reflétant l'état de santé du receveur.

Il est interdit de transférer des données sur le groupe sanguin et les accessoires Rh vers la documentation médicale reflétant l'état de santé du receveur, l'organisation dans laquelle la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) ses composants au receveur est prévue, à partir de la documentation médicale reflétant l'état de santé du receveur, d'autres organisations lorsque le receveur a déjà reçu une assistance médicale, y compris une transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, ou son examen médical a été effectué.

9. Les receveurs ayant des antécédents de complications post-transfusionnelles, de grossesse, de naissance d'enfants atteints d'une maladie hémolytique du nouveau-né, ainsi que les receveurs avec des anticorps allo-immuns, effectuent une sélection individuelle de composants sanguins dans le laboratoire de diagnostic clinique..

10. Le jour de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants (au plus tôt 24 heures avant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants), du sang est prélevé sur le receveur dans la veine: 2-3 ml dans un tube à essai avec un anticoagulant et 3-5 ml dans un tube à essai sans anticoagulant pour les études de contrôle obligatoires et les tests de compatibilité. Les tubes doivent être étiquetés avec le nom et les initiales du receveur, le numéro de la documentation médicale reflétant la santé du receveur, le nom du service où la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) ses composants est effectuée, le groupe et l'affiliation Rh, la date du prélèvement sanguin.

11. Avant de commencer la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants doit s'assurer qu'ils sont aptes à la transfusion, en tenant compte des résultats du contrôle de laboratoire, vérifier l'étanchéité du récipient et son exactitude certification, procéder à un examen macroscopique d'un récipient contenant du sang et (ou) ses composants.

12. Lors de la transfusion de composants contenant des érythrocytes du sang d'un donneur, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes effectue un contrôle de contrôle du groupe sanguin du donneur et du receveur à l'aide du système ABO, ainsi que des tests de compatibilité individuelle..

Si les résultats de la détermination primaire et de confirmation du groupe sanguin selon le système ABO, l'appartenance Rh, le phénotype du donneur et du receveur coïncident, ainsi que des informations sur l'absence d'anticorps anti-érythrocytes chez le receveur, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) des composants contenant des érythrocytes, avant la transfusion lors du contrôle de contrôle, détermine le groupe receveur et sang du donneur selon le système ABO et effectue un seul test de compatibilité individuelle - sur un avion à température ambiante.

13. Après le contrôle de contrôle du groupe sanguin du receveur et du donneur selon le système ABO, ainsi que des tests de compatibilité individuelle, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants prélève un échantillon biologique.

14. Le test biologique est effectué quels que soient le type et le volume de sang donné et (ou) ses composants et la vitesse de leur introduction, ainsi que dans le cas de composants sélectionnés individuellement dans le laboratoire de diagnostic clinique ou de composants phénotypés contenant des érythrocytes. S'il est nécessaire de transfuser plusieurs doses de composants sanguins d'un donneur, un prélèvement biologique est réalisé avant le début de la transfusion de chaque nouvelle dose d'un composant sanguin du donneur.

15. Un test biologique est effectué par une transfusion unique de 10 ml de sang de donneur et (ou) de ses composants à un débit de 2 à 3 ml (40 à 60 gouttes) par minute pendant 3 à 3,5 minutes. Après cela, la transfusion est arrêtée et l'état du receveur est surveillé pendant 3 minutes, son pouls, le nombre de mouvements respiratoires, la pression artérielle, l'état général, la couleur de la peau sont surveillés, la température corporelle est mesurée. Cette procédure est répétée deux fois. Si des symptômes cliniques apparaissent pendant cette période: frissons, maux de dos, sensation de chaleur et d'oppression dans la poitrine, maux de tête, nausées ou vomissements, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants arrête immédiatement la transfusion (transfusion) a donné du sang et (ou) ses composants.

16. Un test biologique est effectué, y compris pendant la transfusion d'urgence (transfusion) du sang d'un donneur et (ou) de ses composants. Pendant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, il est autorisé de poursuivre en urgence la transfusion de solutions salines.

17. Lors de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants sous anesthésie, des signes de réaction ou de complication sont des saignements dans la plaie chirurgicale qui augmente sans raison apparente, une diminution de la pression artérielle, une augmentation de la fréquence cardiaque, un changement de couleur de l'urine pendant le cathétérisme de la vessie. Lorsque l'un des cas ci-dessus se produit, la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants est arrêtée.

Un chirurgien et un anesthésiste-réanimateur ainsi qu'un médecin transfusionnel déterminent la cause de la réaction ou de la complication. Lorsqu'un lien est établi entre la réaction ou la complication avec la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) ses composants, la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) ses composants est arrêtée.

La question de la transfusion ultérieure (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants est décidée par un conseil de médecins spécifié dans ce paragraphe, en tenant compte des données cliniques et de laboratoire.

18. Le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants est tenu d'inscrire la transfusion dans le registre du sang et de ses composants transfusionnels, ainsi que de faire une inscription dans la documentation médicale du receveur reflétant son état de santé, avec l'indication obligatoire:

a) les indications médicales pour la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants;

b) les données de passeport figurant sur l'étiquette du conteneur du donneur, contenant des informations sur le code du donneur, le groupe sanguin selon le système ABO et l'affiliation Rh, le phénotype du donneur, ainsi que le numéro du conteneur, la date d'obtention, le nom de l'organisation (après la fin de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou ) ses composants, une étiquette ou une copie de l'étiquette d'un contenant contenant un composant sanguin, obtenu à l'aide de matériel photographique ou de bureau, est collée dans la documentation médicale reflétant l'état de santé du receveur);

c) le résultat du contrôle de contrôle du groupe sanguin du receveur selon le système ABO, en indiquant les informations (nom, fabricant, série, date de péremption) sur les réactifs (réactifs) utilisés;

d) le résultat du contrôle de contrôle du groupe sanguin du donneur ou de ses composants contenant des érythrocytes prélevés dans le récipient, selon le système ABO;

e) le résultat des tests de compatibilité individuelle du sang du donneur et du receveur;

f) le résultat de l'échantillon biologique.

L'inscription dans la documentation médicale, reflétant l'état de santé du receveur, est établie par le protocole de transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants selon l'échantillon recommandé figurant à l'annexe n ° 1 du présent règlement.

19. Le receveur après la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants doit rester au lit pendant 2 heures. Le médecin traitant ou le médecin de garde surveille sa température corporelle, sa tension artérielle, son pouls, son débit urinaire, sa couleur d'urine et enregistre ces indicateurs dans le dossier médical du receveur. Le lendemain de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, une analyse clinique du sang et de l'urine est effectuée.

20. Lors de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants en ambulatoire, le receveur, après la fin de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, doit être sous la surveillance d'un médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang donné et (ou ) de ses composants, au moins trois heures. Ce n'est qu'en l'absence de réactions, en présence d'indicateurs stables de pression artérielle et de pouls, d'une diurèse normale, le receveur peut être libéré de l'organisation.

21. Après la fin de la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, le récipient du donneur avec le sang du donneur restant et (ou) ses composants (ml), ainsi qu'un tube avec le sang du receveur utilisé pour effectuer des tests de compatibilité individuelle, doivent être conservés dans les 48 heures à une température de 2 à 6 ° C dans un équipement de réfrigération.

IV. Règles de recherche pour la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants

22. Les études suivantes sont menées chez des receveurs adultes:

a) la détermination primaire et de confirmation du groupe sanguin selon le système ABO et l'affiliation Rh (antigène D) (réalisée à l'aide de réactifs contenant respectivement des anticorps anti-A, anti-B et anti-D);

b) lors de la réception de résultats douteux (réactions légères) lors d'une étude de confirmation, la détermination du groupe sanguin par le système ABO est réalisée à l'aide de réactifs contenant des anticorps anti-A et anti-B et des érythrocytes standards O (I), A (II ) et B (III), à l'exception des cas prévus à l'alinéa "a" du paragraphe 68 du présent Règlement, et la détermination de l'appartenance Rh (antigène D) - en utilisant des réactifs contenant des anticorps anti-D d'une autre série;

c) détermination des antigènes érythrocytaires C, c, E, e,, K et k à l'aide de réactifs contenant les anticorps appropriés (chez les enfants de moins de 18 ans, les femmes en âge de procréer et les femmes enceintes, les receveurs ayant des antécédents de transfusion chargés, ayant des anticorps contre les antigènes érythrocytaires, les receveurs qui ont besoin de transfusions (transfusions) multiples (y compris répétées) de sang de donneur et (ou) de ses composants (chirurgie cardiaque, transplantologie, orthopédie, oncologie, hématologie oncologie, traumatologie, hématologie);

d) criblage d'anticorps anti-érythrocytes en utilisant au moins trois échantillons d'érythrocytes, qui contiennent ensemble les antigènes C, C, E, e,, K, k,,,,, et.

23. Si des anticorps anti-érythrocytaires sont détectés chez le receveur, les opérations suivantes sont effectuées:

a) typage des érythrocytes pour les antigènes des systèmes Rhésus, Kell et autres à l'aide d'anticorps de spécificité appropriée;

b) identification des anticorps anti-érythrocytes avec un panel d'érythrocytes typés contenant au moins 10 échantillons cellulaires;

c) sélection individuelle de donneurs de sang et d'érythrocytes avec un test indirect à l'antiglobuline ou sa modification avec une sensibilité similaire.

24. Lors de la réalisation d'études immunosérologiques, seuls le matériel, les réactifs et les méthodes de recherche autorisés à ces fins sur le territoire de la Fédération de Russie sont utilisés..

V. Règles et méthodes de recherche pendant la transfusion (transfusion) de sang de donneur en conserve et de composants contenant des érythrocytes

25. Dans le cas d'une transfusion (transfusion) planifiée de sang de donneur en conserve et de composants contenant des érythrocytes, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants doit:

a) selon les dossiers médicaux reflétant l'état de santé du receveur et les données figurant sur l'étiquette du contenant de sang de donneur conservé ou de composants contenant des érythrocytes, s'assurer que les phénotypes du receveur et du donneur sont compatibles. Pour les receveurs hétérozygotes (Cc, Ee, Kk), les donneurs hétéro et homozygotes sont considérés comme compatibles: Cc, CC et cc; Elle, ELLE et elle; Кk, КК et kk respectivement. Pour les receveurs homozygotes (CC, EE, KK), seuls les donneurs homozygotes sont compatibles. La sélection des donneurs de sang et (ou) de ses composants, compatibles avec le receveur en termes de Rh-Hr et CC, lors de la transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes, est effectuée conformément au tableau figurant à l'annexe n ° 2 au présent règlement;

b) revérifier le groupe sanguin du receveur selon le système ABO;

c) déterminer le groupe sanguin du donneur dans le conteneur selon le système ABO (l'affiliation Rh du donneur est établie par la désignation sur le conteneur);

d) effectuer un test de compatibilité individuelle du sang du receveur et du donneur par des méthodes:

dans un avion à température ambiante;

l'un des trois échantillons (réaction indirecte de Coombs ou ses analogues, réaction de conglutination avec 10% de gélatine ou réaction de conglutination avec 33% de polyglucine);

e) effectuer un test biologique.

26. En cas de transfusion d'urgence (transfusion) de sang de donneur en conserve et de composants contenant des érythrocytes, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants doit:

a) déterminer le groupe sanguin du receveur selon le système ABO et son affiliation Rh;

b) déterminer le groupe sanguin du donneur dans le conteneur selon le système ABO (l'affiliation Rh du donneur est établie par la désignation sur le conteneur);

c) effectuer un test de compatibilité individuelle du sang du receveur et du donneur par des méthodes:

dans un avion à température ambiante;

l'un des trois échantillons (réaction indirecte de Coombs ou ses analogues, réaction de conglutination avec 10% de gélatine ou réaction de conglutination avec 33% de polyglucine);

d) effectuer un test biologique.

27. Si le receveur possède des anticorps anti-érythrocytaires, la sélection des composants sanguins du donneur est effectuée dans le laboratoire de diagnostic clinique. Si la masse ou la suspension érythrocytaire est sélectionnée pour le receveur individuellement dans le laboratoire de diagnostic clinique, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants détermine le groupe sanguin du receveur et du donneur avant la transfusion et effectue un seul test de compatibilité individuelle sur un avion dans la chambre température et échantillon biologique.

Vi. Règles et méthodes de recherche pour la transfusion (transfusion) de plasma frais congelé et de concentré de plaquettes (plaquettes)

28. Lors de la transfusion de plasma frais congelé, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants est obligé de déterminer le groupe sanguin du receveur selon le système ABO, lors de la transfusion de plaquettes - le groupe sanguin selon le système ABO et l'affiliation Rh du receveur.

Le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de plaquettes établit le groupe et l'appartenance Rh du donneur par l'étiquetage sur le récipient avec le composant sanguin, tandis que les tests de compatibilité individuelle ne sont pas effectués.

29. Lors de la transfusion de plasma et de plaquettes frais congelés, les antigènes érythrocytaires C, C, E, e, K et k ne sont pas pris en compte.

Vii. Règles de transfusion de sang de donneur en conserve et de composants contenant des érythrocytes

30. L'indication médicale de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et de composants contenant des érythrocytes dans l'anémie aiguë due à une perte massive de sang est une perte de 25 à 30% du volume sanguin circulant, accompagnée d'une diminution des taux d'hémoglobine inférieurs à 70 à 80 g / l et d'un hématocrite inférieur à 25% et la survenue de troubles circulatoires.

31. Dans l'anémie chronique, la transfusion (transfusion) de sang de donneur ou de composants contenant des érythrocytes n'est prescrite que pour corriger les symptômes les plus importants causés par l'anémie et ne se prête pas au traitement pathogénique principal.

32. Le sang et les composants contenant des érythrocytes donnés sont transfusés uniquement avec le groupe du système ABO et l'affiliation Rh et Kell du receveur. En présence d'indications médicales, la sélection d'un couple «donneur - receveur» est effectuée en tenant compte des antigènes C, c, E, e,, K et k.

Pour la transfusion planifiée (transfusion) de sang en conserve et de composants contenant des érythrocytes afin de prévenir les réactions et les complications, ainsi que l'allo-immunisation des receveurs, des transfusions compatibles (transfusions) sont effectuées à l'aide d'érythrocytes de donneurs phénotypés par 10 antigènes (A, B, D, C, C, E, e,, K et k) pour les groupes de destinataires spécifiés à l'alinéa "c" du paragraphe 22 du présent règlement.

33. Pour des raisons de santé, en cas d'urgence, les receveurs du groupe sanguin A (II) ou B (III) en l'absence de sang à groupe unique ou de composants contenant des érythrocytes peuvent être transfusés avec des composants contenant des érythrocytes Rh négatif O (I), et les receveurs AB (IV) peuvent être transfusés. Composants B (III) contenant des érythrocytes Rh négatif, quelle que soit l'identité Rh du receveur.

Dans les cas d'urgence, s'il est impossible de déterminer le groupe sanguin selon les indications vitales, le receveur est transfusé avec des composants contenant des érythrocytes du groupe O (1) Rh négatif en une quantité ne dépassant pas 500 ml, quel que soit le groupe du receveur et son affiliation Rh.

S'il est impossible de déterminer les antigènes C, c, E, e,, K et k, le receveur est transfusé avec des composants contenant des érythrocytes compatibles avec le groupe sanguin ABO et l'antigène Rh D.

34. La transfusion (transfusion) de masse érythrocytaire, appauvrie en leucocytes et en plaquettes, est effectuée afin d'éviter une allo-immunisation avec des antigènes leucocytaires, une réfractarité aux transfusions de plaquettes répétées.

35. Lors de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et de composants contenant des érythrocytes, les critères d'efficacité de leur transfusion sont les suivants: données cliniques, indicateurs du transport de l'oxygène, augmentation quantitative du taux d'hémoglobine.

36. La transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de composants contenant des érythrocytes doit être commencée au plus tard deux heures après le prélèvement du sang du donneur et (ou) des composants contenant des érythrocytes de l'équipement de réfrigération et réchauffement à 37 ° C.

La transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes du sang du donneur est réalisée en tenant compte des propriétés de groupe du donneur et du receveur selon les systèmes ABO, Rh et Kell. Il est interdit d'introduire dans le récipient avec la masse érythrocytaire tout médicament ou solution, à l'exception d'une solution stérile de chlorure de sodium à 0,9%.

37. Pour la prévention des réactions du greffon contre l'hôte chez les receveurs recevant un traitement immunosuppresseur, les enfants atteints du syndrome d'immunodéficience grave, les nourrissons de faible poids à la naissance, les transfusions intra-utérines, ainsi que les transfusions apparentées (père, mère, frères et sœurs) de composants les composants sanguins contenant des érythrocytes donnés sont soumis à une irradiation aux rayons X ou gamma à une dose de 25 à 50 Gray avant la transfusion (au plus tard 14 jours à compter de la date de réception).

38. La conservation des composants irradiés contenant des érythrocytes, à l'exception de la suspension (masse) érythrocytaire appauvrie en leucocytes, avant la transfusion aux nouveau-nés et aux jeunes enfants ne doit pas dépasser 48 heures..

39. La conservation des composants irradiés contenant des érythrocytes (suspension érythrocytaire, masse érythrocytaire, érythrocytes lavés) avant la transfusion à un receveur adulte ne doit pas dépasser 28 jours à compter du moment où les composants contenant des érythrocytes sont préparés..

40. Pour la transfusion (transfusion) de sang de donneur et de composants contenant des érythrocytes, les receveurs allo-immunisés font ce qui suit:

a) si des extraagglutinines sont détectées chez le receveur, des composants contenant des érythrocytes qui ne contiennent pas l'antigène lui sont transfusés, des composants contenant des érythrocytes ou O (I) sont transfusés au receveur, des composants contenant des érythrocytes B (III) sont transfusés au receveur;

b) les receveurs avec des anticorps anti-érythrocytaires détectés ou les receveurs chez lesquels des anticorps ont été détectés dans une étude précédente sont transfusés avec des composants contenant des érythrocytes qui ne contiennent pas d'antigènes de la spécificité correspondante;

c) si le receveur a des anticorps anti-érythrocytaires non spécifiquement réactifs (panagglutinines) ou des anticorps avec une spécificité inconnue, des composants contenant des érythrocytes sélectionnés individuellement lui sont transfusés, qui ne réagissent pas lors de réactions sérologiques avec le sérum du receveur;

d) pour les receveurs allo-immunisés, une sélection individuelle de sang et de composants sanguins contenant des érythrocytes est effectuée dans un laboratoire de diagnostic clinique;

e) pour les receveurs immunisés avec des antigènes du système leucocytaire (HLA), les donneurs sont sélectionnés selon le système HLA.

VIII. Règles pour la transfusion (transfusion) de plasma frais congelé

41. Le plasma frais congelé transfusé du donneur doit être du même groupe ABO que celui du receveur. L'hétérogénéité du système Rh n'est pas prise en compte. Lors de la transfusion de grands volumes de plasma frais congelé (plus de 1 litre), la correspondance du donneur et du receveur pour l'antigène D doit être prise en compte.

42. En cas d'urgence, en l'absence de plasma frais congelé d'un groupe, la transfusion de plasma frais congelé du groupe AB (IV) à un receveur de n'importe quel groupe sanguin est autorisée..

43. Les indications médicales pour la prescription de transfusions de plasma frais congelé sont:

a) syndrome de coagulation intravasculaire disséminé aigu, compliquant l'évolution de chocs d'origines diverses (septiques, hémorragiques, hémolytiques) ou provoqués par d'autres raisons (embolie amniotique, syndrome de collision, traumatisme grave avec écrasement des tissus, opérations chirurgicales extensives, notamment sur les poumons, les vaisseaux sanguins, le cerveau, prostate), syndrome de transfusion massive;

b) perte de sang massive aiguë (plus de 30% du volume sanguin circulant) avec développement d'un choc hémorragique et d'une coagulation intravasculaire disséminée;

c) une maladie du foie, accompagnée d'une diminution de la production de facteurs de coagulation plasmatique et, par conséquent, de leur déficit dans la circulation (hépatite fulminante aiguë, cirrhose du foie);

d) surdosage d'anticoagulants indirects (dicumarine et autres);

e) plasmaphérèse thérapeutique chez les patients présentant un purpura thrombocytopénique thrombotique (maladie de Moshkovitz), un empoisonnement sévère, une septicémie, un syndrome de coagulation intravasculaire disséminé aigu;

f) coagulopathie causée par une carence en anticoagulants physiologiques plasmatiques.

44. La transfusion (transfusion) de plasma frais congelé est réalisée par jet ou goutte à goutte. Dans la coagulation intravasculaire disséminée aiguë avec syndrome hémorragique sévère, la transfusion (transfusion) de plasma frais congelé est réalisée uniquement par jet. Lors de la transfusion (transfusion) de plasma frais congelé, il est nécessaire d'effectuer un test biologique (similaire à celui qui est effectué lors de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et de composants contenant des érythrocytes).

45. En cas d'hémorragie associée à une coagulation intravasculaire disséminée, au moins 1 000 ml de plasma frais congelé sont injectés, les paramètres hémodynamiques et la pression veineuse centrale sont surveillés simultanément.

En cas de perte sanguine massive aiguë (plus de 30% du volume sanguin circulant, pour les adultes - plus de 1500 ml), accompagnée du développement d'un syndrome de coagulation intravasculaire disséminé aigu, la quantité de plasma frais congelé transfusé doit être d'au moins 25-30% du volume total de sang transfusé et (ou) de ses composants, prescrit pour reconstituer la perte de sang (au moins 800-1000 ml).

Dans les maladies hépatiques sévères, accompagnées d'une forte diminution du taux de facteurs de coagulation plasmatique et du développement de saignements ou d'hémorragies pendant la chirurgie, une transfusion (transfusion) de plasma frais congelé est effectuée à raison de 15 ml / kg de poids corporel du receveur, suivie (après 4 à 8 heures de transfusion répétée de plasma frais congelé dans volume plus petit (5 à 10 ml / kg).

46. ​​Immédiatement avant la transfusion (transfusion), le plasma frais congelé est décongelé à une température de 37 ° C à l'aide d'un équipement spécialement conçu pour la décongélation..

47. La transfusion (transfusion) de plasma frais congelé doit être commencée dans l'heure suivant la décongélation et ne pas durer plus de 4 heures. S'il n'est pas nécessaire d'utiliser du plasma décongelé, il est conservé dans un équipement de réfrigération à une température de 2 à 6 ° C pendant 24 heures.

48. Pour accroître la sécurité des transfusions sanguines, réduire le risque de transmission de virus qui causent des maladies infectieuses, prévenir le développement de réactions et de complications résultant de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, utiliser du plasma frais congelé, du virus du plasma frais mis en quarantaine (ou) congelé ( pathogène) inactivé.

IX. Règles de transfusion (transfusion) de cryoprécipité

49. Les principales indications médicales de transfusion (transfusion) de cryoprécipité sont l'hémophilie A et l'hypofibrinogénémie..

50. Le besoin de transfusion (transfusion) de cryoprécipité est calculé selon les règles suivantes:

Poids corporel (kg) x 70 ml = volume de sang circulant BCC (ml).

BCC (ml) x (1,0 - hématocrite) = volume de plasma circulant BCP (ml).

VRV (ml) x (niveau de facteur VIII requis - niveau de facteur VIII disponible) = facteur VIII requis pour la transfusion (en unités).

Quantité requise de facteur VIII (en unités): 100 unités. = nombre de doses de cryoprécipité nécessaires pour une seule transfusion (transfusion). Pour l'hémostase, le taux de facteur VIII est maintenu jusqu'à 50% pendant les opérations et jusqu'à 30% en période postopératoire. Une unité de facteur VIII équivaut à 1 ml de plasma frais congelé.

51. Le cryoprécipité obtenu à partir d'une dose sanguine doit contenir au moins 70 unités. facteur VIII. Le cryoprécipité du donneur doit appartenir au même groupe ABO que le receveur.

X. Règles de transfusion (transfusion) de concentré plaquettaire (plaquettes)

52. Le calcul de la dose thérapeutique de plaquettes est effectué selon les règles suivantes:

plaquettes par 10 kg de poids corporel du receveur ou plaquettes par 1 surface du corps du receveur.

53. Les indications spécifiques de la transfusion (transfusion) de plaquettes sont déterminées par le médecin traitant sur la base d'une analyse du tableau clinique et des causes de la thrombocytopénie, du degré de sa gravité et de la localisation du saignement, du volume et de la gravité de l'opération à venir..

54. La transfusion de plaquettes n'est pas pratiquée en cas de thrombopénie de la genèse immunitaire, sauf en cas d'indications vitales en cas de saignement développé.

55. En cas de thrombocytopathies, la transfusion (transfusion) de plaquettes est effectuée dans des situations d'urgence - avec saignements massifs, opérations, accouchement.

56. Les critères cliniques d'efficacité de la transfusion plaquettaire (transfusion) sont la cessation des saignements spontanés, l'absence d'hémorragies fraîches sur la peau et les muqueuses visibles. Les signes biologiques de l'efficacité de la transfusion plaquettaire sont une augmentation du nombre de plaquettes en circulation 1 heure après la fin de la transfusion (transfusion) et un excès de leur nombre initial après 18 à 24 heures.

57. Dans la splénomégalie, le nombre de plaquettes transfusées doit être augmenté par rapport à l'habituel de 40 à 60%, avec des complications infectieuses - en moyenne de 20%, avec un syndrome de coagulation intravasculaire disséminé sévère, une hémorragie massive, des phénomènes d'allo-immunisation - de 60 à 80%. La dose thérapeutique requise de plaquettes est transfusée en deux doses avec un intervalle de 10 à 12 heures.

58. Des transfusions plaquettaires prophylactiques sont nécessaires si les receveurs présentent une agranulocytose et un syndrome de coagulation intravasculaire disséminé compliqué par une septicémie.

59. Dans les cas d'urgence, en l'absence de plaquettes mono-groupe, la transfusion de plaquettes du groupe O (I) à des receveurs d'autres groupes sanguins est autorisée..

60. Pour éviter la réaction «greffon contre hôte», les plaquettes sont irradiées avant la transfusion à une dose de 25 à 50 Gray.

61. Pour accroître la sécurité des transfusions de plaquettes, les plaquettes sont transfusées, le virus (pathogène) appauvri en leucocytes est inactivé.

XI. Règles de transfusion (transfusion) d'un concentré de granulocytes (granulocytes) obtenu par la méthode d'aphérèse

62. La dose thérapeutique adulte de granulocytes d'aphérèse contient des granulocytes pour 1 kg de poids corporel du receveur.

63. Les granulocytes d'aphérèse sont irradiés avant transfusion à une dose de 25 à 50 Gray.

64. Les granulocytes d'aphérèse sont transfusés immédiatement après leur réception.

65. Les principales indications médicales pour la nomination d'une transfusion granulocytaire sont:

a) la diminution du nombre absolu de granulocytes chez le receveur est moindre en présence d'un traitement antibactérien incontrôlé contre l'infection;

b) septicémie des nouveau-nés, non contrôlée par une antibiothérapie.

Les granulocytes doivent être compatibles avec les antigènes des systèmes ABO et Rh-appartenant.

66. Le critère d'évaluation de l'efficacité de la transfusion (transfusion) de granulocytes est la dynamique positive du tableau clinique de la maladie: diminution de la température corporelle, diminution de l'intoxication, stabilisation des fonctions organiques précédemment altérées.

XII. Règles de transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants aux enfants

67. Lors de l'admission dans l'organisation d'un enfant nécessitant une transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, l'étude primaire du groupe et de l'appartenance Rh du sang de l'enfant est effectuée par un personnel médical conformément aux prescriptions du paragraphe 7 du présent règlement.

68. Il est obligatoire pour un enfant qui a besoin d'une transfusion (transfusion) de composants sanguins de donneur et (ou) de ses composants (après la détermination initiale du groupe et de l'affiliation Rh), dans le laboratoire de diagnostic clinique: confirmation de la détermination du groupe sanguin ABO et de l'affiliation Rh, le phénotypage d'autres antigènes érythrocytaires C, c, E, e,, K et k, ainsi que la détection des anticorps anti-érythrocytes.

Ces études sont réalisées conformément aux exigences suivantes:

a) la détermination du groupe sanguin selon le système ABO est effectuée à l'aide de réactifs contenant des anticorps anti-A et anti-B. Chez les enfants de plus de 4 mois, le groupe sanguin est déterminé, y compris par une méthode croisée, à l'aide de réactifs anti-A, anti-B et d'érythrocytes standards O (I), A (II) et B (III);

b) la détermination de l'appartenance au Rh (antigène D) est effectuée à l'aide de réactifs contenant des anticorps anti-D;

c) la détermination des antigènes des érythrocytes C, C, E, e, K et k est effectuée à l'aide de réactifs contenant les anticorps correspondants;

d) le dépistage des anticorps anti-érythrocytaires est effectué par un test indirect aux antiglobulines, dans lequel des anticorps cliniquement significatifs sont détectés, en utilisant un panel d'érythrocytes standard, composé d'au moins 3 échantillons cellulaires contenant au total des antigènes cliniquement significatifs conformément au paragraphe «d» du paragraphe 22 du présent règlement. Il n'est pas autorisé d'utiliser un mélange (pool) d'échantillons d'érythrocytes pour le dépistage des alloanticorps anti-érythrocytes.

69. Lorsque des anticorps anti-érythrocytaires sont détectés chez un enfant, une sélection individuelle de donneurs de composants contenant des érythrocytes est effectuée avec un test indirect aux antiglobulines ou sa modification avec une sensibilité similaire..

70. Si une transfusion d'urgence (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants est nécessaire dans les conditions stationnaires de l'organisation en l'absence de soutien immunosérologique 24 heures sur 24, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de sang de donneur est chargé de déterminer le groupe sanguin selon le système ABO et l'identité Rh de l'enfant. et (ou) ses composants.

71. Les études spécifiées au paragraphe 68 des présentes règles sont effectuées par des méthodes immunosérologiques: manuellement (application de réactifs et d'échantillons de sang sur une surface plane ou dans un tube à essai) et en utilisant du matériel de laboratoire (ajout de réactifs et d'échantillons de sang sur des microplaques, des colonnes avec du gel ou du verre microsphères et autres méthodes de recherche approuvées pour une utilisation à ces fins sur le territoire de la Fédération de Russie).

72. Pour la transfusion (transfusion) de sang de donneur de composants contenant des érythrocytes à des receveurs allo-immunisés de l'enfance, les règles suivantes s'appliquent:

a) lorsque des extraagglutinines sont détectées chez un enfant receveur, des composants contenant des érythrocytes qui ne contiennent pas d'antigène lui sont transfusés, le plasma frais congelé est un groupe. Les érythrocytes O (I) lavés et le plasma A (II) frais congelé sont transfusés à un receveur pédiatrique, les érythrocytes O (I) ou B (III) lavés et le plasma AB (IV) fraîchement congelé sont transfusés à un receveur pédiatrique;

b) si le receveur d'enfance a des anticorps anti-érythrocytaires réagissant de manière non spécifique (panagglutinines), des composants O (I) Rh négatifs contenant des érythrocytes lui sont transfusés, qui ne réagissent pas lors de réactions sérologiques avec le sérum du receveur;

c) pour les receveurs pédiatriques allo-immunisés, la sélection individuelle du sang du donneur et des composants contenant des érythrocytes est effectuée dans le laboratoire de diagnostic clinique;

d) pour les receveurs pédiatriques immunisés HLA, les donneurs de plaquettes sont sélectionnés selon le système HLA.

73. Chez les nouveau-nés, le jour de la transfusion (transfusion) du sang d'un donneur et (ou) de ses composants (au plus tôt 24 heures avant la transfusion (transfusion), pas plus de 1,5 ml de sang est prélevé d'une veine; chez les nourrissons et les enfants plus âgés, d'une veine le sang est prélevé de 1,5 à 3,0 ml dans un tube à essai sans anticoagulant pour les études de contrôle obligatoires et les tests de compatibilité.Le tube doit être marqué du nom et des initiales de l'enfant receveur (dans le cas des nouveau-nés dans les premières heures de la vie, le nom et les initiales de la mère sont indiqués), le nombre de documents médicaux reflétant l'état de santé de l'enfant receveur, le nom du département, du groupe et de l'affiliation Rh, la date du prélèvement sanguin.

74. En cas de transfusion planifiée de composants contenant des érythrocytes, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants doit:

a) selon la documentation médicale reflétant l'état de santé de l'enfant receveur et les données sur l'étiquette du contenant, comparer le phénotype du donneur et du receveur en termes d'antigènes érythrocytaires afin d'établir leur compatibilité. Il est interdit d'administrer un antigène érythrocytaire au patient, qui est absent de son phénotype;

b) revérifier le groupe sanguin de l'enfant receveur selon le système ABO;

c) déterminer le groupe sanguin du donneur selon le système ABO (l'affiliation Rh du donneur est établie par la désignation sur le contenant);

d) effectuer un test de compatibilité individuelle du sang d'un enfant receveur et d'un donneur par des méthodes: sur un plan à température ambiante, l'un des trois échantillons (réaction indirecte de Coombs ou ses analogues, réaction de conglutination avec 10% de gélatine ou réaction de conglutination avec 33% de polyglucine). Si le sang du donneur ou le composant contenant des érythrocytes est sélectionné individuellement dans un laboratoire de diagnostic clinique, ce test n'est pas effectué;

e) effectuer un test biologique.

75. En cas de transfusion d'urgence (transfusion) de composants contenant des érythrocytes à un enfant receveur, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants doit:

a) déterminer le groupe sanguin de l'enfant receveur selon le système ABO et son affiliation Rh;

b) déterminer le groupe sanguin du donneur selon le système ABO (l'affiliation Rh du donneur est établie par la désignation sur le contenant);

c) effectuer un test de compatibilité individuelle du sang du donneur et du receveur d'enfance par des méthodes: sur un plan à température ambiante, l'un des trois échantillons (réaction indirecte de Coombs ou ses analogues, réaction de conglutination avec 10% de gélatine ou réaction de conglutination avec 33% de polyglucine);

d) effectuer un test biologique.

S'il est impossible de déterminer le phénotype de l'enfant receveur par les antigènes des érythrocytes C, c, E, e,, K et k, il est permis de ne pas prendre en compte ces antigènes lors de la transfusion de composants contenant des érythrocytes.

76. Un test biologique lors de la transfusion (transfusion) du sang d'un donneur et (ou) de ses composants à un enfant receveur est obligatoire.

La procédure de réalisation d'un échantillon biologique:

a) un test biologique consiste en trois fois l'introduction de sang de donneur et (ou) de ses composants, suivi d'une surveillance de l'état du receveur de l'enfant pendant 3 à 5 minutes avec un système clampé pour transfusion sanguine;

b) le volume de sang de donneur injecté et (ou) ses composants pour les enfants de moins de 1 an est de 1 - 2 ml, de 1 an à 10 ans - 3 - 5 ml, après 10 ans - 5 - 10 ml;

c) en l'absence de réactions et de complications, la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants se poursuit sous la surveillance constante du médecin effectuant la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants.

La transfusion d'urgence (transfusion) du sang d'un donneur et (ou) de ses composants à un enfant receveur est également réalisée à l'aide d'un échantillon biologique.

Un test biologique, ainsi qu'un test de compatibilité individuelle, est effectué sans échec dans les cas où un sang sélectionné individuellement en laboratoire ou un donneur phénotypé ou des composants contenant des érythrocytes est transfusé à un enfant receveur..

77. Le critère d'évaluation de la transfusion (transfusion) de sang de donneur et de composants contenant des érythrocytes chez les enfants est une évaluation complète de l'état clinique de l'enfant et des données de laboratoire.

Pour les enfants de moins de 1 an dans un état critique, la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de composants contenant des érythrocytes est effectuée à un taux d'hémoglobine inférieur à 85 g / l. Pour les enfants plus âgés, transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de composants contenant des érythrocytes - avec un taux d'hémoglobine inférieur à 70 g / l.

78. En cas de transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de composants contenant des érythrocytes à des nouveau-nés:

a) les composants contenant des érythrocytes, appauvris en leucocytes (suspension érythrocytaire, masse érythrocytaire, érythrocytes lavés, érythrocytes décongelés et lavés) sont transfusés;

b) la transfusion (transfusion) aux nouveau-nés est effectuée sous le contrôle du volume des composants transfusés du sang du donneur et du volume de sang prélevé pour les tests;

c) le volume de transfusion (transfusion) est déterminé à raison de 10-15 ml pour 1 kg de poids corporel;

d) pour la transfusion (transfusion), les composants contenant des érythrocytes sont utilisés avec une durée de conservation ne dépassant pas 10 jours à compter de la date d'achat;

e) le taux de transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de composants contenant des érythrocytes est de 5 ml pour 1 kg de poids corporel par heure sous le contrôle obligatoire des paramètres hémodynamiques, respiratoires et rénaux;

f) les composants du sang du donneur sont préchauffés à une température de 36 à 37 ° C;

g) lors de la sélection des composants sanguins du donneur pour la transfusion (transfusion), il est pris en compte que la mère est un donneur indésirable de plasma frais congelé pour le nouveau-né, car le plasma de la mère peut contenir des anticorps allo-immuns contre les érythrocytes du nouveau-né, et le père est un donneur indésirable de composants contenant des érythrocytes, car contre les antigènes du père dans le sang du nouveau-né il peut y avoir des anticorps qui sont entrés dans la circulation sanguine de la mère par le placenta;

h) le plus préférable est la transfusion d'un composant contenant des érythrocytes négatifs pour le cytomégalovirus à des enfants.

79. La sélection du sang de donneur et (ou) de ses composants pendant la transfusion (transfusion) à des enfants de moins de quatre mois atteints d'une maladie hémolytique des nouveau-nés à l'aide du système ABO ou d'une suspicion de maladie hémolytique chez les nouveau-nés est effectuée conformément au tableau figurant à l'appendice No 3 du présent Règlement.

En cas de transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes qui diffèrent dans le système ABO du groupe sanguin de l'enfant, des érythrocytes lavés ou décongelés ne contenant pas de plasma avec des agglutinines et, en tenant compte du phénotype du receveur, sont utilisés.

80. Pour la transfusion intra-utérine (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, les composants contenant des érythrocytes du groupe O (I) Rh-D négatif sont utilisés avec une durée de conservation ne dépassant pas 5 jours à partir du moment où le composant est préparé..

81. Des transfusions sanguines de remplacement sont effectuées pour corriger l'anémie et l'hyperbilirubinémie dans les cas de maladie hémolytique grave des nouveau-nés ou d'hyperbilirubinémie de toute étiologie: coagulation intravasculaire disséminée, septicémie et autres maladies potentiellement mortelles de l'enfant.

82. Pour la transfusion sanguine de remplacement, les composants contenant des érythrocytes sont utilisés avec une durée de conservation ne dépassant pas 5 jours à partir du moment où le composant est préparé..

83. Le sang donné et (ou) ses composants sont transfusés à raison de 160 à 170 ml / kg de poids corporel pour un bébé né à terme et de 170 à 180 ml / kg pour un bébé prématuré..

84. La sélection des composants sanguins du donneur en fonction de la spécificité des alloanticorps est effectuée comme suit:

a) pour la maladie hémolytique des nouveau-nés causée par une allo-immunisation à l'antigène D du système Rh, on utilise des composants contenant des érythrocytes Rh négatif à un groupe et du plasma frais congelé Rh négatif à un groupe;

b) en cas d'incompatibilité avec des antigènes du système ABO, des érythrocytes lavés ou une suspension d'érythrocytes et du plasma frais congelé sont versés conformément au tableau figurant à l'annexe n ° 3 du présent règlement, correspondant à l'affiliation Rh et au phénotype de l'enfant;

c) en cas d'incompatibilité simultanée des antigènes des systèmes ABO et Rh, des érythrocytes lavés ou une suspension d'érythrocytes de plasma Rh négatif du groupe O (I) Rh négatif et AB (IV) Rh négatif congelé sont transfusés;

d) en cas de maladie hémolytique des nouveau-nés causée par l'allo-immunisation à d'autres antigènes rares des érythrocytes, une sélection individuelle du sang du donneur est effectuée.

85. Du plasma frais congelé est transfusé à un enfant receveur afin d'éliminer le déficit en facteurs de coagulation plasmatique, avec des coagulopathies, avec une perte de sang massive aiguë (plus de 20% du volume sanguin circulant) et lors de la plasmaphérèse thérapeutique.

La transfusion de virus plasmatique frais congelé (pathogène) inactivé à des enfants recevant une photothérapie n'est pas autorisée.

XIII. Autodonation des composants sanguins et autohémotransfusion

86. Lors du don autologue, les méthodes suivantes sont utilisées:

a) préparation préopératoire d'autocomposants sanguins (autoplasmes et autoérythrocytes) à partir d'une dose d'auto-sang en conserve ou par aphérèse;

b) hémodilution normovolémique ou hypervolémique préopératoire, qui implique la préparation de 1 à 2 doses de sang (600 à 800 ml) immédiatement avant l'opération ou le début de l'anesthésie avec reconstitution obligatoire de la perte de sang temporaire avec des solutions salines et colloïdales avec le maintien de la normovolémie ou de l'hypervolémie;

c) la réinfusion matérielle peropératoire de sang, qui implique la collecte pendant l'opération de la plaie opératoire et des cavités du sang sortant avec la libération d'érythrocytes, suivie du lavage, de la concentration et du retour ultérieur des autoérythrocytes dans la circulation sanguine du receveur;

d) transfusion (transfusion) de sang de drainage obtenu dans des conditions stériles pendant le drainage postopératoire des cavités corporelles à l'aide d'un équipement et (ou) de matériel spécialisé.

Chacune de ces méthodes peut être appliquée séparément ou selon diverses combinaisons. Transfusion simultanée ou séquentielle (transfusion) de composants sanguins autologues avec allogénique.

87. Lors de l'autotransfusion de sang et de ses composants:

a) le patient donne son consentement éclairé à l'obtention de sang autologue ou de ses composants, qui est enregistré dans la documentation médicale reflétant l'état de santé du receveur;

b) le prélèvement préopératoire du sang autologue ou de ses composants est effectué à un taux d'hémoglobine d'au moins 110 g / l, hématocrite - au moins 33%;

c) la fréquence des dons autologues de sang et (ou) de ses composants avant l'opération est déterminée par le médecin traitant avec le médecin transfusionnel. La dernière autodonation est réalisée au moins 3 jours avant le début de la chirurgie;

d) avec une hémodilution normovolémique, le taux d'hémoglobine post-hémodilutionnelle ne doit pas être inférieur à 90-100 g / l et le taux d'hématocrite ne doit pas être inférieur à 28%; avec une hémodilution hypervolémique, le taux d'hématocrite est maintenu entre 23 et 25%

e) l'intervalle entre l'exfusion et la réinfusion pendant l'hémodilution ne doit pas dépasser 6 heures. Sinon, les récipients contenant du sang sont placés dans un équipement de réfrigération à une température de 4 à 6 ° C;

f) la réinfusion peropératoire du sang prélevé pendant l'opération à partir de la plaie opératoire et des cavités du sang sortant, et la réinfusion de sang de drainage n'est pas effectuée lorsqu'il est contaminé par des bactéries;

g) avant la transfusion (transfusion) de sang autologue et de ses composants, le médecin effectuant la transfusion (transfusion) de sang autologue et (ou) de ses composants, un test est effectué pour vérifier leur compatibilité avec le receveur et un test biologique, comme dans le cas de l'utilisation de composants sanguins allogéniques.

XIV. Réactions et complications post-transfusionnelles

88. L'identification et l'enregistrement des réactions et complications survenues chez les receveurs en rapport avec la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants sont effectués à la fois dans la période actuelle après la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, ainsi que et après une période indéfinie - plusieurs mois, et avec des transfusions répétées - des années après.

Les principaux types de réactions et de complications survenant chez les receveurs en rapport avec la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants sont indiqués dans le tableau figurant à l'annexe n ° 4 du présent règlement..

89. Pour identifier les réactions et complications survenues chez les receveurs en rapport avec la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants, le chef du service de transfusion ou du bureau de transfusion de l'organisation, ou un médecin transfusionnel désigné par arrêté du chef de l'organisation:

a) organise et assure la fourniture de soins médicaux d'urgence au bénéficiaire;

b) envoie immédiatement au responsable de l'organisation qui a préparé et livré le sang du donneur et (ou) ses composants, une notification des réactions et complications résultant des receveurs en relation avec la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, selon l'échantillon recommandé donné dans l'annexe n ° 5 au présent règlement;

c) transfère le reste du sang du donneur transfusé et (ou) ses composants, ainsi que les échantillons sanguins du receveur prélevés avant et après la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, à l'organisation qui a préparé et livré le sang du donneur et (ou ) son appartenance à Rh et son appartenance au sang du donneur et (ou) ses composants, ainsi que pour le dépistage de la présence d'anticorps anti-érythrocytes et de marqueurs d'infections à diffusion hématogène;

d) analyse les actions du personnel médical de l'organisation dans laquelle la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants a été effectuée, à la suite de laquelle une réaction ou une complication est survenue.

XV. Formation d'un stock de sang de donneur et (ou) de ses composants

90. La constitution d'un stock de sang de donneur et (ou) de ses composants est effectuée conformément à la procédure établie conformément à la partie 6 de l'article 16 de la loi fédérale du 20 juillet 2012 N 125-FZ sur le don de sang et de ses composants.

Tension artérielle, mm Hg st.

Fréquence du pouls, battements / min.

Diurèse, couleur de l'urine

1 heure après la transfusion

2 heures après la transfusion

** 3 heures après la transfusion

Table
sélection des donneurs de sang et (ou) de ses composants compatibles avec le receveur en termes de Rh-Hr et Kk, lors de la transfusion (transfusion) de composants contenant des érythrocytes

Donneur de sang et (ou) de ses composants

En cas d'indication d'urgence de transfusion (transfusion), il est permis

Tout phénotype sauf +

Table
sélection du sang du donneur et (ou) de ses composants pour la transfusion (transfusion) aux enfants de moins de quatre mois atteints d'une maladie hémolytique des nouveau-nés à l'aide du système ABO ou d'une suspicion de maladie hémolytique des nouveau-nés

masse ou suspension d'érythrocytes

Table
principaux types de réactions et de complications survenant chez les receveurs en rapport avec la transfusion (transfusion) de sang de donneur et (ou) de ses composants

Type de réactions et de complications

1. Réactions immédiates et complications

Réactions et complications immunitaires

Incompatibilité de groupe (ABO) et Rh des érythrocytes du donneur et du receveur

Réaction hyperthermique (fébrile) non hémolytique

La présence de granulocytes du donneur dans le milieu transfusé

La présence d'anticorps de classe A (IgA), etc..

La présence d'anticorps contre les protéines plasmatiques

Lésion pulmonaire aiguë médiée par transfusion

Présence ou formation d'anticorps leucocytaires chez un donneur ou un receveur

Réactions et complications non immunitaires

Destruction des érythrocytes du donneur en raison d'une violation de la température de stockage ou de la durée de stockage, non-respect des règles de préparation à la transfusion, mélange avec des solutions hypotoniques ou hypertoniques

Transfusion (transfusion) de sang ou de composants sanguins infectés, ainsi que de solutions salines ou colloïdales infectées

Insuffisance cardiovasculaire aiguë, œdème pulmonaire

Surcharge volémique (volumétrique)

2. Réactions et complications à long terme

Réactions et complications immunitaires

Transfusion répétée (transfusion) avec formation d'anticorps contre les antigènes érythrocytaires

Maladie du greffon contre l'hôte

Conflit immunologique causé par l'activation des lymphocytes T de la greffe (composant sanguin) avec la formation de cytokines chez le receveur qui stimulent la réponse antigénique

Formation d'anticorps antiplaquettaires

Allo-immunisation avec des antigènes d'érythrocytes, de leucocytes, de plaquettes ou de protéines plasmatiques

Action des antigènes d'origine donneuse

Réactions et complications non immunitaires

Surcharge en fer - hémosidérose organique

Transfusions multiples de globules rouges

Infection (transmission d'infections virales)

Transmission d'un agent infectieux (principalement des virus) avec du sang ou ses composants

Informations sur la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants, à la suite de laquelle le receveur a une réaction et (ou) une complication

Transfusions sanguines de donneurs et (ou) ses composants:

composants contenant des érythrocytes _____________________________________;

plasma frais congelé ___________________________________________;

composants allogéniques ______________________________________________;

Date de transfusion du sang du donneur et (ou) de ses composants: __________________

Le type de réaction et (ou) de complications que le receveur a en rapport avec

transfusion de sang de donneur et (ou) de ses composants: _____________________

N don de sang et (ou) de ses composants: _______________________________;

Code d'identification du donneur de sang et (ou) de ses composants: ______________;

Affiliation au groupe sanguin AB0 et Rh: ______________________________;

Le volume du sang du donneur transfusé et (ou) ses composants: _________________;

Date d'obtention du sang du donneur et (ou) de son composant: _____________________.

La gravité de la réaction et (ou) des complications que le receveur a en relation avec la transfusion (transfusion) du sang du donneur et (ou) de ses composants:

invalidité de longue durée __________________________________;

modérée (aucune menace pour la vie) ________________________________________;

modérée (mettant la vie en danger) _________________________________________;

issue fatale ___________________________________________________.

Des exigences ont été établies pour conduire, documenter et surveiller l'utilisation clinique du sang donné et (ou) de ses composants.

Dans les organisations qui pratiquent l'utilisation clinique du sang, une commission de transfusion devrait être créée. Ses tâches sont de contrôler l'organisation de la transfusion sanguine et de ses composants; développer des programmes de transfusion optimaux; analyser les cas de réactions et de complications; préparer des mesures pour leur prévention.

Des mesures visant à garantir la sécurité de la transfusion sanguine (ses composants) ont été déterminées. En particulier, il est interdit de transfuser du sang à plusieurs receveurs à partir d'un même récipient. La transfusion de sang non examiné n'est pas autorisée (pour les marqueurs des virus de l'immunodéficience humaine, de l'hépatite B et C, l'agent causal de la syphilis, du groupe sanguin ABO et de l'affiliation Rh).

Avant la transfusion, le receveur doit déterminer le groupe sanguin et l'affiliation Rh. Il est interdit de prendre ces données dans les antécédents médicaux ou d'autres dossiers médicaux. Le jour de la transfusion, des tests de contrôle obligatoires et des tests de compatibilité sont effectués. Certains receveurs (par exemple, avec des complications post-transfusionnelles, les femmes enceintes) sélectionnent individuellement les composants sanguins.

Le processus de transfusion est enregistré dans un journal spécial et également reflété dans les dossiers médicaux du receveur. Ce dernier ne peut être libéré à la maison qu'en l'absence de réactions, en présence d'indicateurs stables de pression artérielle et de pouls, d'une diurèse normale.

Les caractéristiques de la transfusion de composants sanguins individuels, de la transfusion pour les enfants et de l'auto-don sont prescrites.

Arrêté du Ministère de la santé de la Fédération de Russie du 2 avril 2013 N 183n "Sur l'approbation des règles d'utilisation clinique du sang de donneur et (ou) de ses composants"

Enregistré auprès du ministère de la Justice de la Fédération de Russie le 12 août 2013.

Enregistrement N 29362

Cet arrêté entre en vigueur 10 jours après le jour de sa publication officielle

Le texte de l'ordonnance a été publié dans "Rossiyskaya Gazeta" du 28 août 2013 N 190